Le chocolat Kinder contient-il des bactéries ? Le ministère du Commerce révèle les résultats de l’enquête

0
Kinder
Advertisement

Le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations a révélé les résultats d’une enquête sur le produit chocolaté « Kinder » commercialisé en Algérie, qui a été menée après un avertissement qu’il pourrait contenir des bactéries salmonelles.

Le ministère a confirmé, dans un communiqué conjoint avec l’Agence nationale de sécurité sanitaire, que l’enquête avait abouti au fait que les échantillons extraits étaient exempts de bactéries.

La société « Ferrero », ajoute le communiqué, a émis une alerte qui comprenait le rappel du produit de chocolat de marque « Kinder » dans certains pays du monde en raison de la possibilité qu’il contienne des bactéries salmonelles.

La même source a indiqué que le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations a pris « immédiatement », après le lancement de l’avertissement, en coordination avec l’Agence nationale de sécurité sanitaire, un ensemble de mesures visant à renforcer le contrôle transfrontalier des envois importés du produit et les soumettre à des analyses auditées pour s’assurer qu’ils étaient exempts de tout microbe avant d’autoriser leur entrée sur le marché national.

les services du ministre Kamel Razik ont ​​lancé une campagne nationale de contrôle pour retirer le produit du circuit de commercialisation et le soumettre aux analyses de laboratoire nécessaires pour garantir sa sécurité et sa convenance à la consommation.

Cette campagne a conduit à la surveillance de 7 528 commerçants faisant le commerce de ces matières, au cours de laquelle une quantité estimée à 280 kg a été saisie.

43 kg ont été détruits du fait de leur non-conformité au niveau du marquage et de l’expiration de leur durée de validité, et la main levée a été levée de 237 kg qui se sont avérés propres à la consommation, ainsi que l’émission de 7 dossiers de suivi judiciaire contre les commerçants fautifs.

Le ministère a précisé que les mesures prises dans le cadre de cette alerte restent en vigueur, et que les services de contrôle « restent en alerte en coopération avec l’Agence nationale de sécurité sanitaire en matière de surveillance, de vigilance et d’alerte, que ce soit au niveau des frontières ou sur le marché national pour surveiller les produits concernés et s’assurer de leur innocuité et de leur aptitude à la consommation afin de préserver la sécurité et la sécurité sanitaire du consommateur.

Article précédentRebrab laisse tous ses pouvoirs dans le complexe Cevital
Article suivantUn syndicaliste tunisien met en garde : Israël envisage de soumettre la Tunisie à la normalisation dans le but d’assiéger l’Algérie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici