Le ministre de la Justice révèle les résultats de l’autopsie médicale sur la mort du « prisonnier d’opinion » Hakim Debazi

0
ministre de la Justice
Advertisement

Algérie: Aujourd’hui, mardi, le ministre de la Justice, garde des sceaux, AbderRachid Tobbi, s’est exprimé sur les circonstances de la mort du « prisonnier d’opinion » Hakim Dabbazi .

Un médecin, lorsqu’il est intervenu devant l’Assemblée populaire nationale, a déclaré que l’expérience de l’autopsie médicale a confirmé que les causes de la mort de Dabbazi étaient naturelles.

Le premier responsable du secteur de la justice a ajouté que le « détenu du mouvement », qui était temporairement détenu, est décédé à l’hôpital et non en prison.

Dabbazi est décédé le 24 avril, à l’âge de 55 ans, laissant derrière lui 3 enfants, selon ce que l’avocat Tariq Merah a publié sur son compte personnel sur Facebook.

La nouvelle a déclenché une vague d’indignation parmi les militants, qui ont accusé les autorités de la mort de Hakim Debazi, qui se trouvait à la prison de Qleia.

Dabbazi a été arrêté le 22 février 2019, lorsqu’une demande de libération provisoire a été soumise par l’équipe de la défense, mais elle a été rejetée.

Les juristes ont déclaré que feu Hakim Debazi avait été arrêté et emprisonné sur la base de publications sur Facebook.

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme a appelé le 25 avril les autorités judiciaires algériennes à ouvrir une enquête sur la mort de Dabbazi.

Dans un communiqué, l’association a appelé les autorités judiciaires à informer le public de tous les détails de l’affaire du décès d’un natif de Hajout, Tipasa.

Elle a souligné qu’elle suivait cette affaire de près, et appelle les autorités judiciaires à ouvrir immédiatement une information judiciaire, à déterminer les responsabilités et à révéler toute la vérité.

Article précédentL’Algérie va-t-elle augmenter les prix des carburants ?.. L’Autorité de contrôle des hydrocarbures précise
Article suivantUn projet de loi au Parlement pour criminaliser la normalisation avec Israël et les partis algériens refusent de s’y engager