ministre de l'Energie et des Mine

Algerie: samedi, le ministre de l’Energie et des Mines Mohamed Arkab a confirmé que l’Algérie est capable de jouer un rôle régional de premier plan dans le domaine de la production d’hydrogène.

Arkab a expliqué, dans son allocution à l’occasion de la 26e édition de la Journée de l’énergie , que des informations préliminaires montrent que l’Algérie possède de grandes potentialités qui lui permettent d’avoir un rôle régional de premier plan dans ce domaine.

Le ministre a ajouté que l’Algérie dispose « d’énormes ressources d’énergie solaire, de réseaux étendus et intégrés pour le transport de l’électricité et du gaz, d’importantes réserves d’eau et de grandes capacités dans les domaines de la recherche et du développement ».

Le pays possède également, selon Arkab, « des avantages importants et compétitifs » qui le qualifient pour entrer dans l’industrie de l’hydrogène, en plus de la disponibilité de sources de gaz naturel pour soutenir la production d’hydrogène bleu.

Le même responsable a estimé que l’hydrogène bleu est important à court et moyen terme pour que l’hydrogène vert puisse être produit efficacement et avec une faisabilité économique élevée.

Le porte-parole a souligné que l’Algérie bénéficie d’un emplacement stratégique, de ports et d’installations de base pour le transport du gaz, capables de répondre à la demande locale, régionale et mondiale en hydrogène.

Il a évoqué la « longue » expérience de l’Algérie dans les technologies utilisées dans ce domaine, ainsi que la disponibilité de l’expertise technique et des capacités de conception dans le secteur de l’énergie pour contribuer à la fabrication locale d’équipements de production d’hydrogène.

Le premier homme du secteur a révélé que le ministère de l’Energie et des Mines avait été chargé par le gouvernement d’élaborer une stratégie nationale de développement de l’hydrogène, à travers une commission ministérielle paritaire regroupant les secteurs de l’énergie, de la transition énergétique, de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique. , les start-up, la finance, et la province des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

Mohamed Arkab estime que le développement de l’hydrogène en Algérie nécessite de fournir un ensemble d’exigences de base et de relever plusieurs défis afin de créer un environnement économique approprié, en préparant un cadre législatif et réglementaire approprié, en identifiant les secteurs prioritaires pour l’utilisation de l’hydrogène, en préparant et en la qualification du capital humain et de la recherche scientifique, et la réalisation des études nécessaires pour construire des projets pilotes et rechercher des méthodes de financement ainsi que le développement de relations et d’opportunités de coopération internationale.

Article précédentAmbassadeur d’Algérie en Italie : Nous sommes prêts à couper l’approvisionnement en gaz de l’Espagne si elle exporte vers un autre pays
Article suivantgazoduc: L’Espagne cède aux pressions de l’Algérie