Qatargate : des entretiens divulgués révèlent les détails de la corruption de l’UE

0
principaux suspects de l'affaire Qatargate l'ancien député européen Pier Antonio Panzeri

Des transcriptions d’entretiens avec l’un des principaux suspects de l’affaire Qatargate, l’ancien député européen Pier Antonio Panzeri, ont été divulguées, mettant en lumière les rouages internes du scandale de corruption lié à l’État du Golfe.

Selon les transcriptions vues par DW, Panzeri a passé un accord avec les enquêteurs belges pour révéler les détails de l’affaire de corruption de Qatargate et recevoir une peine réduite pour sa participation.

Ces deux entretiens, menés en février, fournissent une vision plus approfondie de la façon dont l’arnaque politique a commencé, qui était impliqué et comment elle a été perpétrée.

Les détails contenus dans ce rapport proviennent des transcriptions et ne reflètent que le point de vue de Panzeri. Ils peuvent être utilisés en justice, mais seront probablement contestés par les procureurs.

Le soi-disant scandale Qatargate a secoué le Parlement européen depuis que quatre personnes ont été arrêtées à Bruxelles le 9 décembre, la police belge ayant saisi 1,5 million d’euros (1,6 million de dollars) en liquide dans des résidences privées.

Il s’agissait de la députée grecque Eva Kaili, alors l’une des vice-présidentes du Parlement européen, de son compagnon Francesco Giorgi, qui était également l’assistant professionnel de Panzeri, de Panzeri lui-même et de Niccolo Figa-Talamanca, le responsable d’une ONG de défense des droits humains. Il semble maintenant que Figa-Talamanca ait été impliqué par erreur dans l’enquête, puisqu’il a été libéré « sans condition ».

Scandale de corruption : le Maroc à l’origine des paiements illégaux

Les transcriptions d’entretiens divulguées révèlent que le scandale de corruption a commencé avec le Maroc et non le Qatar, selon l’ancien député européen Pier Antonio Panzeri.

Dans les entretiens, Panzeri décrit comment sa relation avec Abderrahim Atmoun, actuellement ambassadeur du Maroc en Pologne, a débuté en 2012.

Panzeri a déclaré que le diplomate marocain avait versé 50 000 euros pour l’un de ses événements de campagne électorale à Milan en 2014, et que son « amitié avec Atmoun s’est renforcée au fil du temps ».

Selon les transcriptions, l’ambassadeur Atmoun aurait également payé des voyages somptueux au Maroc pour Kaili, Giorgi et deux autres députés européens, Andrea Cozzolino et Maria Arena.

D’après Panzeri, des sacs remplis d’argent liquide n’ont commencé à être versés par le Maroc qu’à partir de 2019, lorsqu’il et Giorgi ont accepté de recevoir 50 000 euros par an en échange de travailler à créer une image favorable de l’État nord-africain au sein des cercles de décision de l’UE à Bruxelles.

L’ancien membre du Parlement européen a également affirmé qu’un accord similaire avait été conclu avec des responsables du gouvernement de la Mauritanie à la même époque. Panzeri a déclaré que cette situation n’a duré que tout au long de 2019, avec seulement deux versements de 50 000 euros chacun pour lui et Giorgi.

Le gouvernement marocain a nié toute implication dans le scandale, tandis que la Mauritanie n’a pas encore répondu à une demande de commentaire.

de l’argent du Qatar transféré par un homme d’affaires turc

Selon les entretiens de Panzeri, de l’argent provenant du Qatar a été transféré par l’intermédiaire d’un « homme d’affaires turc » pour payer des politiciens de l’UE.

Au cours des entretiens, Panzeri a déclaré que le Qatar avait commencé à chercher à étendre son réseau d’influence dans les institutions de l’UE à la fin de 2017. C’est à ce moment-là que les paiements aux décideurs politiques de l’UE ont commencé à augmenter de manière spectaculaire.

Panzeri a déclaré qu’après des réunions début 2018 avec le ministre du Travail du Qatar, Ali bin Samikh Al Marri, l’État du Golfe avait accepté de lui et à Giorgi de payer chacun un million d’euros par an en 2018 et 2019.

Les préparatifs du Qatar pour accueillir la Coupe du monde de la FIFA 2022 étaient déjà bien avancés à l’époque, et le pays faisait l’objet d’un examen de plus en plus minutieux pour son traitement des travailleurs migrants chargés de construire des stades et des infrastructures pour la compétition d’un mois. La position antérieure de Panzeri en tant que porte-parole de premier plan de la sous-commission des droits de l’homme du Parlement européen en faisait la personne idéale pour ajuster le récit à Bruxelles.

Après avoir quitté ses fonctions en 2019, Panzeri a créé une ONG non enregistrée appelée Fight Impunity pour poursuivre ce travail. Les transcriptions suggèrent qu’à cette époque, la compagne de Giorgi, Eva Kaili, a commencé à s’impliquer. Panzeri a affirmé que la députée européenne grecque avait reçu 250 000 euros du Qatar pour financer sa campagne de réélection au Parlement européen en 2019.

Bien que certains détails sur les transferts d’argent restent flous, Panzeri a déclaré que la majeure partie de l’argent qatari avait été acheminée vers eux par l’intermédiaire d’un « homme d’affaires turc et son avocat à Londres ».

Panzeri a également affirmé qu’un autre député européen italien avait reçu de l’argent et s’était entretenu avec des interlocuteurs impliqués dans le prétendu réseau de corruption.

En réponse à une demande de commentaire, l’État du Qatar a répondu en niant catégoriquement les accusations, affirmant que « toute association du gouvernement qatari avec les allégations rapportées est sans fondement et gravement mal informée ».

Panzeri nie être le ‘grand patron’ du réseau de corruption présumé

Au cours de ses entretiens avec les enquêteurs, Pier Antonio Panzeri a nié être le « grand patron » du réseau de corruption présumé.

Il a affirmé que son assistant, Giorgi, était le « chef d’orchestre » et qu’il remettait des enveloppes et des sacs remplis d’argent à ceux qui étaient impliqués, y compris à Panzeri lui-même.

Panzeri a toutefois expliqué comment il avait personnellement « approché » le député européen Marc Tarabella, de Belgique, avec une première enveloppe contenant 20 000 euros en liquide, et que Tarabella avait reçu jusqu’à 140 000 euros sur une période de temps. Tarabella a voté pour lever son immunité parlementaire en février et a été arrêté peu de temps après.

Ce qui reste flou, c’est de savoir si les millions d’euros que Giorgi et Panzeri auraient reçus des Qataris auraient été utilisés pour corrompre d’autres responsables de l’UE ou s’ils étaient destinés uniquement à leur rémunération.

Panzeri a perdu son siège lors des élections au Parlement européen de 2019, et dans les transcriptions, il a affirmé que sa place dans le réseau de corruption présumé avait été prise par son compatriote et collègue législateur italien, Andrea Cozzolino, qui aurait reçu au moins 600 000 euros pour faire du lobbying favorable pour le Qatar.

Giorgi est ensuite devenu l’assistant de Cozzolino au Parlement européen et avait un « haut salaire », selon Panzeri.

Le mois dernier, le quotidien britannique The Times a rapporté que Panzeri et Giorgi avaient été incarcérés ensemble dans la même cellule de la prison de Saint-Gilles à Bruxelles, malgré leur inculpation pour collusion dans ce scandale de corruption.

Plus tard dans le mois, Giorgi a été libéré sous bracelet électronique, tandis que Panzeri reste en détention, tout comme Kaili et Tarabella. Cozzolino, actuellement en Italie, fait face à un mandat d’arrêt européen.

Des sources proches de Panzeri ont déclaré que sa santé mentale et physique se détériore considérablement alors qu’il est toujours en prison.

Pier Antonio Panzeri avait ‘trop d’argent

Au cours de ses entretiens avec les enquêteurs, Pier Antonio Panzeri a raconté l’histoire de 15 000 euros qui avaient été volés dans sa valise dans un train entre Paris et Bruxelles.

Il a expliqué comment il avait séparé l’argent en deux liasses distinctes dans différents endroits de sa valise. En voyageant, l’argent aurait été enlevé de la valise, qui a été laissée derrière.

Panzeri a également déclaré qu’après un échange d’argent avec l’un des nombreux assistants parlementaires européens nommés dans l’interview, il avait décidé de « jeter l’argent dans une poubelle quand [il] est rentré chez [lui] ».

En 2021, Panzeri a affirmé qu’il voulait changer de système car il « avait déjà trop d’argent et ne savait pas quoi en faire ».

Le cas de Panzeri est l’un des nombreux exemples d’allégations de corruption et de pots-de-vin qui secouent l’Union européenne depuis le scandale Qatargate. Les enquêtes se poursuivent alors que les responsables politiques, les journalistes et le public exigent des réponses et des mesures concrètes pour lutter contre la corruption.

Le directeur d’une ONG de défense des droits de l’homme détenu à tort dans l’affaire de corruption

Selon les entretiens avec les enquêteurs, Niccolo Figa-Talamanca, le directeur d’une ONG respectée en matière de droits de l’homme, aurait été arrêté et détenu à tort dans le cadre du scandale de corruption présumé.

Figa-Talamanca, qui dirige une organisation appelée No Peace Without Justice, avait été arrêté en décembre dernier lors de la première vague d’arrestations.

Dans les entretiens, Panzeri a expliqué que son ONG, Fight Impunity, partageait un bureau avec No Peace Without Justice et qu’il avait proposé des dons pouvant aller jusqu’à 500 000 euros à Figa-Talamanca, ce qui est communément accepté pour les organisations de défense des droits de l’homme.

« Niccolo n’a jamais participé à une réunion avec [un interlocuteur] et ne savait rien de l’affaire », a déclaré Panzeri aux enquêteurs.

Un avocat de Figa-Talamanca a déclaré que son client n’était « en aucun cas impliqué dans une quelconque activité répréhensible ».

Maria Arena, une autre eurodéputée belge dont le nom a été souvent associé au scandale de corruption, aurait voyagé au Qatar selon les transcriptions et aurait rencontré certaines des personnes impliquées. Cependant, Panzeri n’a jamais mentionné qu’Arena avait reçu de l’argent de qui que ce soit.

Arena a nié à plusieurs reprises toute implication dans le scandale de corruption.

Leak de transcriptions : des inquiétudes quant à la solidité du dossier juridique dans l’affaire de corruption présumée

Depuis le début du scandale de corruption, les procureurs ont essayé de limiter l’information donnée à la presse, ce qui a suscité une forte demande de détails. Cependant, plusieurs fuites ont été révélées ces dernières semaines, y compris ces transcriptions.

Des inquiétudes grandissent quant à la manière dont l’accusation pourra monter son dossier juridique, étant donné que tant d’informations sont désormais dans le domaine public.

Article précédentRetraites : le versement sera avancé en prévision du mois de Ramadan
Article suivantLes efforts d’Israël pour élargir la normalisation avec des pays islamiques aux frontières de l’Algérie suscitent des inquiétudes