Le RCD exprime son inquiétude quant à la situation des droits de l’homme et des libertés en Algérie

0
Mohcine Belabbas

Algerie: Le Rassemblement pour la Culture Démocratique, « RCD », a exprimé son inquiétude quant à la situation des droits de l’homme et des libertés en Algérie.

Cela s’est produit lors de la réunion mensuelle de son secrétariat national, vendredi, au cours de laquelle il a passé en revue les résultats de l’activité d’organisation du parti et discuté de la situation politique, sociale et économique qui prévaut dans le pays.

Les membres de l’exécutif du parti ont vivement dénoncé le choix adopté par le pouvoir « de criminaliser le travail politique pacifique et légal ».

Parmi les déclarations du parti, « La situation des droits de l’homme et des libertés qui pousse les organisations internationales qui défendent ces droits à dénoncer la chose la plus préoccupante est la situation ».

Il a souligné que la répression et l’utilisation de la justice sont devenues la seule scène aujourd’hui sur la scène de la vie politique nationale.

Il a dénoncé les mesures prises par l’autorité pour dissoudre les partis politiques et les poursuites contre des citoyens, notamment des journalistes, des avocats, des universitaires, des responsables politiques et des militants communautaires, pour crimes d’opinion, et l’emprisonnement arbitraire de plus de 300 militants.

Le RCD a également dénoncé la décision du Conseil d’État de geler l’activité du Parti socialiste des travailleurs tout en fermant son siège, déclarant son soutien absolu aux combattants et à la direction de ce parti.

Le communiqué indique que le Rassemblement pour la culture et la démocratie et son chef, Mohsen Bel Abbas, font l’objet d’une campagne administrative et judiciaire visant à punir le parti pour sa position franche et intransigeante et sa solidarité avec le peuple dans sa lutte pacifique pour un mouvement radical. changement de régime.

La même source a déclaré que les bureaux électoraux imposés par la force au peuple algérien il y a deux ans n’ont pas du tout résolu la crise politique, mais qu’elle s’est plutôt compliquée.

Sur le front social et économique, le RCD s’attend à ce que l’année 2022 en cours soit bien pire que l’année dernière.

Article précédentL’entraîneur du Sénégal explique ce qui est arrivé à l’Algérie à CAN Cameroun 2022
Article suivantBentaleb commente l’exclusion des « Verts » du CAN 2022 Cameroun