L’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), a énergiquement réagi aux déclarations du leader du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Makri, ayant revendiqué la victoire de son parti aux législatives anticipées du 12 juin, avant même la publication des résultats officiels.  L’ANIE a dénoncé « un appel à peine voilé à semer désordre et doute ». 

Dans un communiqué publié hier soir, l’ANIE dénonce des « des déclarations et des communiqués émanant de certaines parties habituées à ce genre de pratiques, sans fondement ni crédibilité, portent atteinte à l’engagement de l’Autorité indépendante et sa transparence reconnus à l’intérieur comme à l’extérieur ».

Et d’ajouter que ces mêmes déclarations « font croire qu’elle (ANIE, NDLR)  est incapable de protéger les voix des électeurs et appellent le président de la République à assumer ses responsabilités, dans une expression empreinte de menaces et d’avertissement ».

L’ANIE estime que les déclarations de Makri « touchent à l’éthique de l’État et à l’édification de l’Algérie nouvelle et se veulent comme un appel à peine voilé à semer désordre et doute ». L’ANIE a réitéré son sens de « responsabilité », s’estimant « digne de confiance » pour agir dans « la transparence ».

Il convier de noter que le leader du MSP a publié un communiqué sur sa page Facebook, dans lequel il a indiqué que sa formation politique a raflé la plupart des voix dans toutes les wilayas du pays.

Makri a, en suite, écrit qu’« il y a de nombreuses tentatives pour changer le résultat du scrutin, ce qui aura des conséquences néfastes pour le pays et l’avenir du processus politique et électoral », a-t-il ajouté.

Article précédentEn Algérie, seul Maradona a le droit d’embrasser en public sa copine
Article suivantVaccin russe Sputnik-V / l’intervalle entre la première et la seconde dose rallongée