Maroc: Les autorités marocaines qualifient de « malades » ceux qui appellent au départ du gouvernement

0
Aziz Akhannouch
Advertisement

Maroc: Les autorités marocaines ont qualifié ceux qui réclamaient le départ du gouvernement de malades, après avoir élevé la voix, ce que les autorités ne pouvaient plus ignorer longtemps.

Rachid Talbi, le président de la Chambre des représentants appartenant au Rassemblement et au Parti libéral, qui dirige la coalition gouvernementale au Maroc, a qualifié de « malades » les participants à la campagne appelant au départ d’Akhannouch.

les médias du régime marocain ont rapporté que le responsable marocain a qualifié de « malades » ceux qui font campagne contre le Premier ministre Akhannouch, avant de le démentir dans un forum de son parti, jeudi dernier.

Le site Internet Al-Hurra a cité une analyste politique marocaine, exprimant sa surprise face aux membres du gouvernement faisant des déclarations provocatrices à un moment où le gouvernement devrait adopter des solutions pratiques à la crise vécue par le citoyen marocain.

Mercredi, les autorités marocaines ont décidé d’interdire une marche qui était attendue dimanche pour protester contre les prix élevés et la « restriction des libertés », réclamées par les partis et syndicats de gauche.

Le Maroc fait face depuis des mois à une hausse des prix, notamment des prix du carburant, et le taux d’inflation a atteint 4,1% fin avril, selon ce qu’a annoncé jeudi le ministre en charge du Budget Faouzi Lekjaa.

Les hashtag « Akhnoush partent » et « Non aux prix élevés » ont été diffusés sur Twitter dans le Royaume.

Les disparités sociales sont un dilemme majeur dans le Royaume, selon plusieurs rapports de ces dernières années, et ont été aggravées par les répercussions économiques de la pandémie.

Akhannouch, dont la fortune est estimée par le magazine spécialisé Forbes à environ deux milliards de dollars, est apparu sur la scène politique en 2007 après sa nomination au poste de ministre de l’Agriculture, pour rejoindre à l’époque le Rassemblement national des indépendants, qui est classé dans les rangs libéraux. . Puis il rejoint le Rassemblement national des indépendants, qui est classé au sein de la classe libérale. Il dirige le parti pour faire tomber le Parti de la justice et du développement lors des dernières élections.

Maroc : En réponse à une campagne populaire contre la flambée des prix, l’agence de presse MAP prend la défense d’Akhannouch

Le 21 juillet 2022, l’agence de presse officielle au Maroc a surpris les citoyens marocains avec une déclaration accusant l’ancien Parti de la justice et du développement au pouvoir d’être à l’origine d’une campagne populaire appelant à la démission du Premier ministre Aziz Akhannouch.

L’agence a qualifié la campagne des Marocains contre les prix élevés et la forte inflation de « malveillante », et a déclaré que derrière elle se trouvaient « des militants secrets, et l’opposition n’a pas accepté la défaite aux élections législatives », en référence au « Parti de la justice et du développement ». « .

La déclaration a défendu le retard du gouvernement d’Akhannouch dans la réduction des prix du carburant, affirmant que « cela ne peut pas être immédiat, avant que le stock précédemment acheté ne soit vendu à un prix plus élevé ».

Le communiqué a également précisé que l’Africa Company, détenue par le Premier ministre Aziz Akhannouch, ne représente pas plus de 20% du marché de l’énergie au Maroc, qui est divisé entre Total, Shell et d’autres sociétés étrangères, selon l’agence.

En raison de la hausse des prix alimentaires .. une augmentation significative du taux d’inflation au Maroc

21 mai 2022 : Le taux d’inflation au Maroc a augmenté en avril dernier à 5,9 % sur une base annuelle. Après les 3,9% enregistrés en mars.

Vendredi, la Commission marocaine du plan a déclaré dans un communiqué que la hausse de 9,1% des prix des denrées alimentaires avait contribué de manière significative à la hausse de l’inflation.

Tandis que les prix des produits non alimentaires ont augmenté de 3,7%, après une hausse de 2,8% enregistrée en mars.

Après la hausse « significative » du prix du carburant, le Premier ministre marocain est au banc des accusés

Le 26 avril, le discours sur l’état de conflit d’intérêts dans lequel se trouve le Premier ministre marocain et homme d’affaires et militant dans le domaine des hydrocarbures, Abdelaziz Akhannouch, est revenu dans les cercles politiques du Royaume. Avec l’augmentation significative des prix des matières énergétiques dans le pays.

Selon le journal français Le Monde, la hausse des prix du carburant au Maroc a relancé la polémique sur le conflit d’intérêts entre le commerce et la politique, dans le cas du premier ministre.

De ce fait, Akhannouch a été contraint après les sévères critiques dont il fait l’objet. Pour apporter des éclaircissements devant les parlementaires la semaine dernière, concernant la forte hausse des prix des denrées alimentaires et du carburant.

Plusieurs députés ont exigé que les marges bénéficiaires des distributeurs de carburant au Maroc soient limitées. Similaire à Akhnouch.

Akhannouch détient des parts dans Africa Group, qui contrôle une grande partie du marché de la distribution de carburant au Maroc.

Article précédentVidéo: Un étrange incident entre Macron et le ministre des Affaires étrangères du Bénin a provoqué un tollé
Article suivantGazoduc transsaharien: L’Algérie signe un accord pour concrétiser le projet