Mise en avant d’une approche algérienne lors du Sommet Africain sur la Numérisation

0
Sommet Africain sur la Numérisation
Advertisement

Algérie: les travaux du Sommet africain sur la numérisation ont vu la participation de 1 200 décideurs, 100 institutions et start-up exposantes, venus d’une vingtaine de pays africains.

Lors de la conclusion du sommet continental, une approche algérienne a été mise en avant afin d’identifier les meilleurs chantiers d’avenir en matière de transformation numérique du continent africain.

Ammar Sofiane, conseiller pour les affaires étrangères au ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, a souligné dans son intervention lors du sommet, qui était intitulée « Comprendre l’Afrique pour une action durable », que la transformation numérique est une priorité majeure pour les gouvernements africains et régionaux. et les organisations internationales qui contribueront à la réalisation de l’Agenda 2063. L’Afrique et l’incarnation des objectifs de développement durable.

Il a ajouté : « Afin d’atteindre une plus grande efficacité de la transformation numérique en Afrique, nous devons travailler sur une approche de cadrage et de ciblage du travail à accomplir en divisant l’Afrique en régions ».

Il a poursuivi : « Cette entreprise consiste à diviser l’Afrique selon le degré de numérisation des pays, à identifier les dynamiques de groupe et à aider les opérateurs économiques à mieux comprendre le marché africain, notamment ses forces et ses faiblesses, afin d’établir des stratégies appropriées et appropriées ».

Ammar Sofiane, dans son intervention lors du Sommet africain, a expliqué que l’ approche algérienne prend en compte le degré de numérisation, l’utilisation de l’électricité (qui est étroitement liée au développement technologique des pays) et les revenus de chaque pays ainsi que son emplacement côtier ou intérieur.

Ainsi, lors du sommet, le continent a été divisé en quatre groupes : les « pionniers » (11 pays d’Afrique du Nord, dont l’Algérie et l’Afrique équatoriale), les « suiveurs » (12 pays d’Afrique de l’Est et de l’Ouest), puis les « développable » (10 pays d’Afrique de l’Ouest) et « durable » (22 pays) ajoute Sufian.

L’ Initiative Continentale (Sommet) vise à rassembler les acteurs africains du secteur et à réfléchir ensemble pour de futurs projets sur le continent et dans le monde.

Article précédentHajj 2022: Les autorités saoudiennes fixe les conditions sanitaires des pèlerins venant de l’extérieur du Royaume
Article suivantFinance: Banque Nationale d’Algérie : Des prêts pour effectuer le Hajj