Après un début de mois de septembre particulièrement chaud et humide*, les températures devraient redevenir plus conformes aux normales de saison dès le début de semaine. Pourquoi ce phénomène ? Les explications de Brahim Ambar, chargé de communication à l’Office national de la météorologie (ONM).

Les fortes chaleurs de début septembre sont dues à « la présence prolongée d’une part, d’une vaste zone dépressionnaire sur le proche Atlantique, et d’autre part, d’une vaste zone de haute pression couvrant le continent européen », a expliqué à l’APS M.Ambar. « [Ces phénomènes] favorisent une circulation de masses d’air des régions subsahariennes (chaudes et humides) vers les régions du bassin méditerranéen et de l’Europe centrale, et entraînent ainsi des températures assez élevées par rapport à la normale sur l’ensemble de ces régions. C’est très caractéristique des régions tempérées, notamment méditerranéennes, qui sont marquées par une grande variabilité climatique, probablement renforcée par l’influence du réchauffement planétaire, » a ajouté celui qui avait prédit les précipitations tombées sur le littoral algérien ce week-end.

Alors que l’ONM prévoyait mercredi dernier un retour à des températures davantage de saison à partir de lundi, les dernières prévisions de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) indiquaient une météo pluvieuse et un mercure proche des 30°C pour lundi, suivi le lendemain d’un temps nuageux et couvert et de 29°C. Des chiffres supérieurs à la moyenne pour un mois de septembre (17,6°C pour la température minimale, 29,6°C pour le maximum, moyennes calculées sur 30 années, de 1976 à 2005).

Lire notre article 10 conseils pour surmonter la canicule.

*Contacté, l’Office national de la météorologie n’a pas répondu. Cette affirmation repose donc uniquement sur un ressenti partagé des observateurs.

Originally posted 2014-09-21 12:27:38.

Article précédentLe destin funeste des enfants cancéreux algériens
Article suivantDouanes/ La Tunisie en cinq minutes grâce à un formulaire en ligne