Rabah Madjer: Je n’ai rien à voir avec la publicité publique et je n’ai bénéficié d’aucun argent

0
Rabah Madjer
Advertisement

Algérie: Dans sa première réaction à la demande du tribunal de 18 mois de prison, l’ancien joueur et entraîneur de l’équipe nationale, Rabah Madjer, a nié toutes les accusations portées contre lui dans l’affaire de bénéficier illégalement de publicité publique.

Dans une déclaration à la chaîne Al-Hayat , Madjer a déclaré que le problème est le problème du journal Al-Balagh en tant qu’entreprise, et non le problème de Rabah Madjer en tant que personne.

Le propriétaire du talon d’or a démenti que le journal « Al Balagh », dont il était propriétaire, ait bénéficié d’une publicité publique de la Corporation nationale de l’édition et de la publicité.

l’ancienne star portugaise de Porto a déclaré à ce sujet : « Le juge de séance a demandé à l’avocat si la société qui publiait le journal Al-Balagh avait bénéficié de l’argent d’ANEP, et la réponse a été rapide de sorte qu’elle n’a bénéficié d’aucune centimes, et l’avocat a soumis tous les dossiers judiciaires au juge.

Le porte-parole a ajouté: « J’ai parlé avec le président du tribunal et l’ai informé de la dissolution de la société et du journal chez le notaire le 3 novembre 2019 et me suis retiré d’eux avec un document officiel constatant la liquidation définitive de la société. »

Madjer a continué à se défendre : « Je me suis rendu à Doha le 4 novembre 2019 et j’y suis resté très longtemps et j’ai laissé l’administrateur administratif faire son travail, et pour moi, les choses étaient réglées. Quant au problème, je l’ai vu en mars 2020. Je n’ai rien à voir avec cette affaire, ni de près ni de loin.

Il a poursuivi: « Je me fiche complètement des mensonges qui sont dits sur les réseaux sociaux car j’ai pris toutes les procédures légales que je dois prendre. »

Le porte-parole a conclu : « C’est fini pour moi dans cette affaire… J’ai une grande confiance dans la justice algérienne et la vérité apparaîtra à l’opinion publique la semaine prochaine ».

Ce matin, jeudi matin, le Procureur de la République près le Tribunal de Sidi M’hamed a requis 18 mois de prison, contre Rabah Madjer.

Madjer poursuit dans l’affaire du bénéfice de la publicité publique par escroquerie, escroquerie, faux, usage de faussaire et fausse déclaration.

Selon le site Al-Fajr, le représentant du droit public a demandé que l’affaire soit réadaptée du délit d’escroquerie au délit de tentative d’escroquerie.

L’Agence nationale de l’édition et de la publication s’est constituée partie civile dans l’affaire, demandant une indemnisation pouvant aller jusqu’à 4 milliards de centimes.

Dans un précédent communiqué, l’ancien directeur d’ANEP avait révélé que Madjer bénéficiait de contrats publicitaires pour les journaux « Al-Balagh » et « Al-Balagh Al-Riyadi », qui s’élevaient à 30 milliards de centimes, malgré le fait que ces titres ont cessé de paraître.

Article précédentL’Algérie renouvelle son soutien à la stabilité de la Libye
Article suivantHajj 2022: Les autorités saoudiennes fixe les conditions sanitaires des pèlerins venant de l’extérieur du Royaume