Révocation de la qualité de membre du député Bakhdra de l’Assemblée populaire nationale

0
Assemblée populaire nationale
Advertisement

Algerie: Les députés de l’Assemblée populaire nationale ont révoqué l’adhésion du représentant Mohamed Bakhdra à l’Assemblée en raison d’accusations liées à l’appartenance aux forces de l’alliance étrangère et à la dissimulation d’informations secrètes.

Cela s’est produit après que 259 députés ont voté en faveur de la décision de retirer l’adhésion, tandis que 79 députés ont voté « non ».

Mercredi, l’Assemblée populaire nationale a tenu une séance à huis clos présidée par Ibrahim Bogali, président de l’Assemblée, consacrée à décider au scrutin secret de retirer le mandat parlementaire du député Bekhdra Mohamed.

L’Assemblée Populaire Nationale a décidé de supprimer le mandat parlementaire du Député Bekhadra Mohamed à la majorité de ses membres, conformément à l’article 126 de la Constitution qui dispose : « L’Assemblée Populaire Nationale ou le Conseil de la Nation, selon le cas , décide ce forfait à la majorité de ses membres.

Le cas du parlementaire Mohamed Bakhdra a suscité une large polémique, après que ses collègues eurent exigé la révocation de son adhésion, et qu’il ait été empêché d’entrer dans la salle basse du dôme Zygod Youssef, en raison de son affiliation à l’armée française.

La commission juridique de l’Assemblée populaire nationale a publié un rapport indiquant que « selon plusieurs critères qui ont été pris en compte, le député Mohamed Bakhder n’est pas qualifié pour être parlementaire ».

La commission prend sa décision, après avoir entendu le député, qui reconnaît à son tour son appartenance à l’armée française depuis 5 ans.

Le Comité considère que l’appartenance à une armée étrangère fidélise le militaire au pays concerné et acquiert son identité.

En réponse à son expulsion de l’Assemblée populaire nationale, Khadra a répondu en disant : « Je suis favorable à l’application de la loi à tous et sans préjugés. Il est déraisonnable de m’arrêter en tant que parlementaire simplement parce que j’ai travaillé auparavant comme infirmière militaire dans l’armée étrangère et moi avons déjà tourné cette page pendant plus de 15 ans et je n’ai pas trahi. » mon pays car il n’y a aucune loi qui l’en empêche.

Article précédentEducation: Bientôt un concours de recrutement d’enseignants
Article suivantDe nouvelles précisions concernant le dossier LPP dans la capitale Alger