Suite à la récente sortie médiatique du directeur du journal électronique Monde Afrique, Nicolas Beau, au cours de laquelle il exprimait des soupçons autour d’éventuelles tractations entre les personnalités algériennes impliquées dans la scandales dit Swissleaks et les deux journalistes du ‘Monde’ détenant la liste comportant leurs noms, qui seraient à l’origine de la non-divulgation, jusque-là, de celle-ci, le Mouvement citoyen algérien en France (MCAF) réagit.

Dans une correspondance adressée à notre rédaction, le MCAF affirme connaître une partie de la liste des dignitaires algériens concernés par le scandale HSBC, révélé au grand jour dernièrement par une équipe de journalistes d’investigations issus de plusieurs grands titres de presse de différentes nationalités.

« Non! Le MCAF en détient une partie », affirme le MCAF dans son écrit. « Elle nous a été communiquée par un enquêteur du journal ‘Le Monde’ « , explique Omar Aït Mokhtar, battant ainsi en brèche les soupçons de Nicolas Beau. Le MCAF ne compte pas s’arrêter là, car, il « y travaille » et envisage de saisir « la cour de justice européenne ainsi que la justice helvétique ».

« Ne vous inquiétez pas », rassure le MCAF qui dit se battre pour « récupérer tout le magot » et « le remettre » au peuple algérien.

Selon les premières révélations du scandale “SwissLeaks”, pas moins de 440 ressortissants algériens, faut-il le rappeler, détiennent plus de 671 millions de dollars sur 590 comptes ouverts chez la HSBC Private Bank à Genève. Jusqu’à présent, aucun nom d’Algérien n’a été rendu public, contrairement aux autres pays concernés par ce scandale qui n’a pas encore révélé tous ses secrets.

Originally posted 2015-03-10 14:40:32.

Article précédentRépression féroce du Hirak / Amnesty International dénonce
Article suivantLa crise Israël-Turquie et les conséquences régionales