Sommet d’Algérie: Une station du consensus, de résolution des différends et du soutien à la Palestine

0
Sommet arabe Algérie
Advertisement

Algérie: Les participants au Forum Générations Communication pour soutenir l’action arabe commune, dont les travaux se sont poursuivis lundi à Oran, ont souligné l’importance du prochain sommet arabe en Algérie dans le règlement des différends et la promotion de l’action arabe commune, selon les déclarations de « WAJ ».

En marge des travaux du forum, la responsable de l’Institut des femmes pour le développement et la paix, Al-Kawthar Al-Jouan du Koweït, a souligné que le sommet arabe, que l’Algérie accueillera les 1er et 2 novembre, est l’occasion de « résoudre Différences et conflits arabes. »

L’avocat Kawthar Al-Jouan a souligné que « l’Algérie a une grande responsabilité dans ce sommet pour résoudre les différends arabes… Nous sommes optimistes quant à la capacité de l’Algérie à régler ces conflits », notant que le prochain sommet est un sommet de « réconciliation entre les parties en conflit »

Elle a ajouté : « Nous ne voulons pas qu’il y ait des différends qui fracturent la Maison arabe, mais nous aspirons plutôt à les régler et à réaliser la sécurité intérieure des pays arabes en premier lieu », soulignant que le prochain sommet d’Algérie « confirmera , renforcer et activer l’action arabe commune et établir un nouveau lancement arabe. »

Concernant l’aspect économique et commercial, Al-Joaan a indiqué qu' »il y a des interventions étrangères qui soutiennent les différences entre les pays arabes au service de leurs économies », considérant le prochain sommet comme une opportunité de « ressusciter les projets arabes bloqués tels que le projet de marché commun, et pour améliorer les échanges commerciaux et la circulation des personnes et des autres.

Pour sa part, le Dr Hosni Obeidi, directeur du Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et les pays méditerranéens à Genève, a déclaré que le sommet arabe accueilli par l’Algérie pourrait être un « sommet de consensus et de résolution des conflits », notant que le sommet « tente de mettre les questions fondamentales telles que la question palestinienne au centre. » dialogue. »

À son tour, Jaber Al-Harami, qui est le vice-président exécutif de Dar Al Sharq Media Group au Qatar, a indiqué qu' »il y a un grand espoir que le prochain sommet sera un sommet qui fera la distinction entre la détérioration des conditions et une nouvelle étape ». Il a également souligné que le monde arabe « a besoin d’un travail intégré pour faire face aux enjeux et aux défis des prochaines étapes, car le prochain sommet devrait réunir les pays arabes qui ont beaucoup perdu en travaillant individuellement ».

Le directeur du Centre arabe d’études politiques et sociales de Genève, le penseur, chercheur et écrivain tunisien Riad Al-Sedawi, a estimé que « le choix d’organiser le sommet arabe en Algérie donne beaucoup d’espoir car l’Algérie a une grande symbolique », notant que la date de ce sommet, le 1er novembre, a « un très grand symbolisme, c’est la libération du colonialisme, la libération nationale, la souveraineté nationale, et non la soumission au colonialiste qui a pillé nos richesses et tué nos peuples ».

Il a également déclaré que la cause palestinienne reviendra « avec une très grande force » et deviendra un enjeu central, que ce soit au Sommet arabe ou au Forum des générations, soulignant que « l’Algérie rétablira le véritable agenda qui représente les peuples arabes et non des agendas qui sont trop loin des préoccupations du citoyen arabe. »

L’expert en affaires stratégiques et sécuritaires, Mohand Barquq, d’Algérie, a également indiqué que la cause palestinienne devrait être inscrite à l’ordre du jour du prochain sommet, recentrer et relancer sa position stratégique afin de contrecarrer les manigances du lobby sioniste qui veut l’affaiblir, louant dans le même contexte la position ferme et inconditionnelle de l’Algérie sur cette question.

Il a ajouté que le sommet arabe sera uni autour d’une aspiration commune à un travail plus rationnel de la Ligue des États arabes et à une action arabe plus commune basée sur la solidarité et la coopération entre les pays, la réunification et la résolution des défis actuels d’une manière qui serve les intérêts arabes communs.

Le même intervenant a également évoqué les positions constantes de l’Etat algérien, qui est de préserver la souveraineté et l’unité des Etats et la non-ingérence dans leurs affaires intérieures, qui seront « le début de la solution en encourageant l’inter-dialogue au sein de ces pays et entre les différents acteurs de leurs peuples.

De son côté, le Dr Jamal Al-Shalabi, professeur de sciences politiques à l’Université hachémite (Jordanie), a considéré le sommet d’Algérie prévu les 1er et 2 novembre « comme un sommet d’espoir et de retour sur la voie de la solidarité arabe après une série de crises dont la région arabe et le monde ont été témoins, telles que le printemps arabe, la pandémie émergente du virus corona, la crise russo-ukrainienne et autres, ainsi qu’un sommet pour unifier les positions concernant les problèmes directs et les crises liées à la sécurité nationale arabe, à l’alimentation et l’énergie.

Salah Al-Judeh, membre du Centre mondial du roi Hamad pour la coexistence pacifique du Royaume de Bahreïn, a souligné que le prochain sommet algérien est une occasion de rétablir une cohésion commune dans l’intérêt des peuples arabes et de travailler en commun entre les pays arabes pour parvenir à leur sécurité intérieure face à la multiplication des conflits et des attentats terroristes. 

Le même porte-parole a déclaré: « Nous sommes optimistes quant au sommet d’Algérie, qui aboutira sans aucun doute à des décisions importantes et fortes qui servent les pays et les peuples arabes « .

Article précédentL’Algérie récupère un hôtel de Ali Haddad en Espagne et ses propriétés à l’étranger
Article suivantEN: Belmadi Ajuste le programme des Verts avant les Match contre la Guinée et Nigeria