Son implication dans la corruption de Mazembe et sa contradiction avec Halilhodzic…Une sortie attendue pour Fouzi Lekjaa des portes les plus étroites du football

    0
    Fouzi Lekjaa

    Maroc Foot: Les flèches de la critique n’atteignent plus le Marocain Fouzi Lekjaa, de l’extérieur du Royaume du Maroc seulement, mais aussi de l’intérieur de celui-ci, et chaque sortie est devenue pour lui une polémique et une polémique dans les milieux du football, car l’homme est limité dans son public et cultures sportives, et aussi parce qu’il est issu de l’école du Makhzen qui n’a aucune diplomatie, chaque mot de lui est devenu son implication dans d’énormes gaffes.

    Et ce qui s’est passé récemment était des indications directes sur le limogeage de l’entraîneur bosniaque de l’équipe nationale marocaine, Halilhodzic, et le retour de la star Hakim Ziyech, avant qu’il n’annonce dans une mystérieuse déclaration qu’il avait nié l’affectation d’un entraîneur marocain local à les Lions de l’Atlas, et a laissé l’ambiguïté sur l’équipe marocaine debout, exprimant sa réticence à limoger l’entraîneur bosniaque, qui refuse catégoriquement Le retour de la star de Chelsea Hakim Ziyech, au moment où il a déclaré à Lekaa qu’il reviendrait dans l’équipe nationale marocaine et participer à la Coupe du monde l’hiver prochain au Qatar, puis l’affaire de l’équipe congolaise de Mazembe est venue ébranler le trône de ce président, qui est en charge des affaires de l’Université royale, après qu’il a été prouvé que les responsables de la Nahdet L’équipe de Berkane était impliquée. Lekjaa était son patron dans une tentative de soudoyer son gardien de but lors du match de demi-finale, au cours duquel les Berkaouites se sont qualifiés par quatre et ont atteint la finale au cours de laquelle ils ont été couronnés.

    Dès que cette question est apparue à la surface, des accusations ont été portées contre Fawzi Lakjaa, dont la fin semble être au moins au niveau africain, car il est de coutume que toute personnalité du football qui montre des manifestations de corruption soit exclue et sacrifiée afin pour éviter les problèmes avec la Fédération Internationale, d’autant plus que Mazambi est une équipe de renommée mondiale, connue sur le plan continental et international, et est la seule qui rivalise et surpasse les équipes nord-africaines, et a déjà disputé la finale du Championnat du monde des clubs.

    La sortie de Fawzi Lekjaa s’est approchée de la plus étroite des portes du football, et il a jusqu’à présent refusé de commenter les graves accusations portées contre son équipe, Nahdet Berkane, et est resté silencieux, après que tous ses propos soient devenus explosifs, et que l’homme ait révélé des choses qui ne sont pas sportives et loin de l’esprit de compétition et de provocations qui ne sont pas dignes de l’homme de sa première ambition.

    Il a porté le portefeuille du sport au sein du gouvernement marocain, après les échecs successifs qu’il a commis face à l’Algérie, lorsqu’il a déclaré après l’exclusion de l’équipe locale de son pays quant à une équipe locale algérienne en Coupe Arabe dans l’Etat du Qatar, que les Verts ont joué en équipe première, et il connaît l’absence de Mahrez, Ben Sabaini, Attal, Mandy et Ben Nasser, Zerrougui, Feghouli, Benrahma, Ounas , l’entraîneur Djamel Belmadi et les autres, sont ensuite descendus à fond lorsqu’il a envisagé la victoire de l’équipe des moins de 18 ans contre son homologue algérien en période d’entraînement, sans qu’aucun responsable algérien ne lui réponde et le laisse poursuivre ses erreurs qui l’amèneront le rapprocher du jour du départ, qui semble approcher Vraiment.

    Article précédentL’Olympique de Marseille veut Adam Ounas en prévision de la Ligue des Champions
    Article suivantL’Algérie franchit une nouvelle étape diplomatique indiquant la prolongation de la crise avec Madrid