Les pourparlers entre les États-Unis et les États européens à propos d’une éventuelle pour l’interdiction de l’importation du pétrole russe a littéralement fait flamber les marchés pétroliers propulsant les prix au-dessus de la barre symbolique des 130 dollars le baril.

« Nous sommes actuellement en pourparlers très actifs avec nos partenaires européens en vue d’interdire l’importation de pétrole russe dans nos pays, tout en maintenant bien sûr un approvisionnement mondial régulier en pétrole ». Le propos tenu par le secrétaire d’État américain, Antony Blinken lors de son passage sur le plateau de l’émission Meet the Press diffusée sur la chaîne NBC a enflammé les marchés.

Ainsi, l’approche des États-Unis et de ses allés, visant à étouffer la Russie économiquement et de « rendre impossible à Poutine de financer ses guerres », comme l’a promptement expliqué la présidente de la Commission européenne a des conséquences directes sur les prix des hydrocarbures et la matière première. L’objectif serait pour l’Europe occidentale, de se défaire de la dépendance des hydrocarbures russe, comme l’a souligné la même source.

Si elle venait à être entérinée, cette décision impacterait très fortement les marchés pétroliers conséquemment à la disparition de quelque cinq millions de barils produits par la Russie. Cela risquerait de porter les prix à plus de 200 dollars le baril, selon les prévisions de Bank of America.

Article précédentJustice / Tayeb Louh condamné à trois ans de prison
Article suivantUkraine / les prisonniers maghrébins font-ils l’objet de tentatives d’embrigadement ?