Tunisie : un projet de Constitution où l’islam n’est plus la religion de l’Etat

0
Advertisement

Chargé de l’élaboration d’une nouvelle Constitution en Tunisie, le juriste Sadok Belaïd a affirmé que celle-ci ne ferait plus référence à l’islam comme « tant la religion de l’État.

Selon ce juriste, l’abandon de l’article de la Constitution tunisienne qui faisait référence à l’islam est « un moyen pour combattre les partis d’inspiration islamiste comme Ennahdha ».

Nommé le 20 mai à la tête de la « Commission nationale consultative pour une nouvelle République », chargée de rédiger un nouveau projet de Constitution, Sadok Belaïd a indiqué qu’il soumettrait le projet pour validation au président Kais Saied au plus tard le 15 juin avant qu’il ne soit soumis à référendum, une consultation annoncée pour le 25 juillet.

Article précédentDjamel Belmadi met l’équipe nationale algérienne en difficulté et refuse de jouer le match contre l’Iran pour ces raisons
Article suivantEn images: c’est ainsi que l’Algérie a soutenu l’indépendance des îles Canaries de l’Espagne