Une centrale nucléaire en Algérie, C’est ce que la Russie va faire pour garder l’Algérie à ses côtés

0
Algérie Russie
Advertisement

Anton Mardasov, un analyste russe indépendant, estime qu’à la lumière de la concurrence croissante entre les grandes puissances, la coordination entre la Russie et l’Algérie pourrait devenir sur des questions non militaires , et Moscou devrait proposer de construire une centrale nucléaire.

Il a déclaré dans une déclaration à « Middle East Eye » que les négociations sont susceptibles de s’intensifier entre la Russie et l’Algérie, d’autant plus qu’elles sont sur le point de signer un document de partenariat stratégique , qui comprendra certainement des questions de coopération militaire et technique, selon lui.

Anton Mardasov a expliqué que Moscou « prendra des mesures pour montrer que la guerre en Ukraine n’affecte en rien sa position dans la région ni ses exportations militaires.

Il a ajouté que l’Algérie a adopté une position quelque peu pro-russe dans la situation avec l’Ukraine, qui résonne avec Moscou, et se prépare à devenir plus active dans la région du Sahel.

D’autre part, d’autres chercheurs pensent que Moscou fait face à une grande concurrence en Algérie, avec une tentative de faire pression sur l’Algérie à partir de pays hostiles à la Russie sous la forme des États-Unis d’Amérique.

Mark Katz, professeur de politique à l’Université George Mason aux États-Unis, a expliqué que les États-Unis ne s’opposeraient pas à l’importation d’armes par l’Algérie en provenance des pays de l’Union européenne et de l’OTAN dans les circonstances actuelles.

Plus tôt cette année, le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken a appelé le président algérien Abdelmadjid Tebboune à reconsidérer les relations de l’Algérie avec Moscou.

Lors de sa visite à Alger, Blinken a déclaré que les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient avaient déjà souffert des conséquences des campagnes militaires russes.

Katz s’attend à ce que Moscou puisse profiter des prochains exercices militaires conjoints du Bouclier du désert entre l’Algérie et la Russie, prévus en novembre près de la frontière marocaine, afin de « garder l’Algérie de son côté » .

Il a expliqué : « Si Moscou veut que l’Algérie reste un client fidèle, elle doit offrir à ce client ce qu’il veut.

Article précédentUne chaîne allemande révèle la raison de l’insistance de la France à refuser de présenter ses excuses à l’Algérie
Article suivantL’Algérie subit une campagne de chantage, notamment de la part de l’Egypte et de certains pays du Golfe