USA Israël

L’Algérie a rejeté les efforts de la société américaine « Edison » pour vendre ses actifs dans le projet « Ragan Nord », à la société israélienne « Energen », et a pris des mesures légales pour arrêter la vente.

L’entreprise américaine avait l’intention de vendre sa part dans le projet à une entreprise de l’occupation israélienne, tandis que l’entreprise allemande, Wintershall Dia , entendait augmenter sa part dans ce projet énergétique, selon le portail « Ain News ».

Energy Voice, un site internet sur l’énergie, a révélé que la société allemande Wintershall Dia envisageait d’augmenter sa participation dans le projet Reggane, situé en plein désert algérien.

Depuis le début de la guerre russo-ukrainienne, l’Algérie s’est imposée comme un possible fournisseur alternatif de gaz russe, des officiels de plusieurs pays faisant des pèlerinages en Algérie afin d’obtenir du gaz algérien, avant que l’Allemagne n’exprime sa volonté de signer des accords avec l’Algérie pour obtenir du gaz.

Le site indique que la société allemande a l’intention d’acquérir la participation de la société américaine « Edison » dans le champ gazier algérien dénommé « Ragane Nord », qui s’élève à 11,25%, une opération que la société américaine a estimée à environ 100 millions de dollars.

La part de Sonatrach est estimée à 51%, tandis que l’espagnol « Repsol » détient 29,25% du projet gazier.

La société allemande Wintershall Dia est l’une des plus importantes sociétés actives dans le secteur pétrolier algérien depuis 2002, puisqu’elle est entrée comme l’un des partenaires du projet « Ragane Nord », qui contient 6 champs gaziers et 19 puits sur une superficie de ​​1 800 kilomètres carrés et produit 2,8 milliards de mètres cubes par an, et devrait se poursuivre en production jusqu’en 2041.

le site Energy Voice, citant des responsables allemands, a rapporté que la société allemande estime que l’Algérie a d’énormes potentiels dans le domaine de l’énergie, d’autant plus qu’elle est le troisième exportateur de pétrole vers l’Europe après la Russie et la Norvège.

Des sources médiatiques ont révélé que l’Allemagne cherchait à obtenir du gaz algérien, comme alternative au russe.

Selon le journal Al-Shorouk, le ministre allemand de l’Economie, Robert Habeck, a déclaré que Berlin voulait se débarrasser de sa dépendance vis-à-vis de Moscou et conclure de nouveaux accords pour importer du gaz de nouveaux pays.

Le ministre allemand a proposé que l’Algérie soit le premier pays dont le gouvernement de son pays chercherait à acquérir du gaz, avec les États-Unis d’Amérique et le Qatar.

Les mêmes sources ont fait état du début de négociations entre responsables algériens et allemands en vue de conclure un accord pour acquérir du gaz algérien.

Article précédentgazoduc: L’Espagne cède aux pressions de l’Algérie
Article suivantL’Algérie condamne l’attaque terroriste contre l’Egypte