Vidéo: est-il permis de faire un crédit pour le Hajj ? Cheikh Ali Aya répond.

0
Cheikh Ali Aya
Advertisement

Cheikh Ali Aiya a déclaré que le prêt pour le Hajj est autorisé, si le pèlerin est en mesure de restituer le montant, sans la condition d’assurance-vie et la clause pénale, c’est-à-dire de payer un montant supplémentaire si le pèlerin tarde à restituer le montant dans les délais. Les délais spécifiés pour le prêt.

Ali Aya a expliqué que « si le pèlerin ne peut pas payer le montant ou si un défaut survient, il ne doit pas se mettre dans ces situations, car Dieu ne charge pas une âme au-delà de sa capacité ».

Le cheikh a déclaré: « Les banques exigent une pénalité si le pèlerin est en retard dans le paiement de l’impôt en retard, et cela n’est pas autorisé selon la loi islamique. »

 

La Banque Nationale algérienne a lancé deux nouveaux produits conformes aux dispositions de la charia islamique, à savoir le financement du Hajj (la voie) selon le principe du « bon prêt et la murabaha est un investissement ».

La banque a révélé les produits dans un communiqué : « A l’occasion du début de la saison du Hajj 2022, le produit (Al-Sabil), qui se finance selon le principe du bon prêt sans profit, comprend les dépenses du Hajj d’hébergement, d’alimentation et les transports, y compris les billets d’avion, avec possibilité de financement jusqu’à un objectif de 70%.”

Le communiqué ajoute : « Ce financement peut être demandé par le bénéficiaire du passeport Hajj pour cette année en soi, ou par son conjoint, ou l’un de ses ascendants, ou l’une de ses branches ».

Selon le communiqué, l’ouverture des guichets de la Banque Nationale d’Algérie et des agences bancaires islamiques sera exceptionnelle, à partir du samedi 4 juin, afin de recevoir les demandes de financement des saints pèlerins sur l’ensemble du territoire national.

Le Conseil des ministres a accepté de soutenir le billet de voyage du Hajj vers la Mecque, en réduisant son prix à 100 000 dinars.

La décision a été prise lors du conseil des ministres, qui s’est tenu dimanche.

Le président Abdelmadjid Tebboune a chargé le ministre des Transports d’indemniser les pèlerins, qui ont payé le prix du billet, dans le cadre des coûts totaux du pèlerinage.

Le Bureau national du Hajj et de la Omra avait fixé le coût du Hajj pour cette saison 1443 AH / 2022 AD à 856 100,00 DA, billet compris.

Article précédentHajj 2022: Le crédit populaire Algérienne lance un nouvel emprunt pour les pèlerins
Article suivantChanegriha: Les manœuvres de l’armée visent à se préparer à toute urgence

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici