Y a-t-il une cinquième vague du virus Corona? Le professeur Mahyaoui répond

0
virus Corona
Advertisement

Un membre du comité scientifique de suivi de l’épidémie du virus Corona, le professeur Riad Mahyaoui , a parlé des développements récents de la situation sanitaire du pays et de l’augmentation notable du nombre d’infections par le VIH et de la possibilité d’une cinquième vague.

Alors qu’il était l’invité de l’ émission « Morning Guest » de la première chaîne de radio, ce jeudi, Mahyaoui a déclaré que les indicateurs actuels ne suggèrent pas l’existence d’une cinquième vague du virus Corona, malgré l’augmentation du nombre d’infections à le virus sous-mutateur (PA5) ces derniers jours.

Un membre du comité scientifique de suivi de l’épidémie du virus Corona a souligné la nécessité de respecter les mesures de précaution pour limiter la propagation du virus.

Mahyaoui a appelé à la nécessité de revenir aux mesures préventives, surtout après le laxisme enregistré au niveau national et international à s’engager à porter un masque de protection et à respecter la distanciation physique, en particulier dans les lieux fermés.

Mahyaoui a estimé que le retour à la vaccination est la seule solution, notamment pour les personnes à l’immunité fragile, comme les personnes âgées et celles atteintes de maladies chroniques, pour éviter les complications en cas d’infection par le virus .

Le professeur Mahyaoui a salué l’efficacité de la stratégie algérienne de lutte contre le virus depuis les premiers mois, appelant à la consolidation de ces acquis par la vaccination et le respect des mesures de précaution.

Mahyaoui a souligné les efforts déployés par les autorités algériennes dans le cadre de la stratégie nationale d’amélioration du système de santé, considérant l’urgence médicale comme le visage de ce système, ce qui reflète l’efficacité de l’organisation, de la planification et de la formation dans ce secteur.

L’invité de la première radio a souligné l’importance des établissements de santé de proximité et leur rôle dans la dépressurisation des hôpitaux, appelant les citoyens à y recourir en cas d’urgence légère pour faire de la place dans les hôpitaux universitaires aux cas graves et intraitables.

Article précédentInquiète de la dernière décision de l’Algérie.. La Russie entre en concurrence en Italie
Article suivant« Grâce à un travail de renseignement » .. La Police algérienne arrête un responsable de la sécurité tunisien qui s’est échappé de la justice