Le ministre de la Justice, garde des Sceaux Tayeb Louh aurait envoyé un émissaire à Ahmed Ouyahia, son chef hiérarchique, pour lui expliquer que les attaques lancées lundi dernier depuis Oran ne le visaient pas. L’émissaire aurait expliqué que les personnes ciblées sont l’ancien ministre de la Justice Mohamed Adami et l’ancien conseiller sur les affaires sécuritaire à la présidence de la République, le général Mohamed Betchine.   

L’émissaire envoyé à Ahmed Ouyahia serait un député de la wilaya de Tlemcen, faisant partie de l’une des formations politiques de la majorité, a indiqué El Khabar ce dimanche, ajoutant que ce dernier a été chargé d’expliquer au premier ministre que le discours virulent prononcé lundi dernier par le ministre de la Justice ne le visait pas.

Advertisement

Dans sa fameuse allocution, M. Louh avait assuré que « les abus dont ont été victimes dans les années 1990 les cadres de l’État, font partie du passé et ne peuvent, en aucun cas, se reproduire». Une large polémique s’en est suivie amenant le RND à réagir le lendemain dans un communiqué dans lequel il a déploré « des voix » qui s’en prennent au SG du RND Ahmed Ouyahia, « en faisant allusion, encore une fois, au dossier (vide) des cadres emprisonnés dans les années 90».

Deux jours après, le ministre de la Justice a décidé d’apporter des clarifications au sujet de son discours. Il a mandaté une tierce personne qui s’est déplacée au bureau d’Ahmed Ouyahia pour dissiper "le malentendu" en lui expliquant qu’il n’était pas particulièrement visé.

Selon la même source, les personnes ciblées sont l’ancien ministre de la Justice Mohamed Adami et l’ancien conseiller sur les affaires sécuritaire à la présidence de la République, le général Mohamed Betchine.

Rappelons, quand même, qu’Ahmed Ouyahia était chef du gouvernement à l’époque.