Le blocage des projets du groupe Cevital soulève la colère des travailleurs du groupe qui, appuyés par un comité de soutien, prévoient d’organiser une marche populaire ce jeudi, à Béjaïa.

«Les décideurs n’ont pas pour préoccupation de résoudre les problèmes quotidiens que vit le peuple : le chômage, le travail, le logement, la santé, la scolarité et le bien être des citoyens. Au contraire, ils mènent une politique de deux poids deux mesures concernant l’implantation d’usines dans une région donnée, au su et au vu de tous. Sinon, comment expliquer les autorisations délivrées à la réalisation d’unités de trituration de graines oléagineuses ailleurs qu’à Béjaïa ? », indique le collectif dans un communiqué rendu public hier.

Pour ne pas focaliser sur le seul groupe de Rebrab, les initiateurs du comité évoquent la situation de l’investissement dans la wilaya. «Nous, comité de soutien aux travailleurs de Cevital, condamnons énergiquement l’isolement, l’exclusion et la marginalisation dont est victime notre wilaya dans la réalisation de grands projets structurant, à l’exemple de la pénétrante autoroutière, du CHU, du stade, de la raffinerie, des zones industrielles et d’activités, du développement du tourisme et de tous genres d’investissements, par le pouvoir d’Alger», peut-on lire dans le même communiqué.

Le groupe Cévital peine à faire décharger un bateau contenant du matériel destiné à la construction d’une usine de trituration de graines oléagineuses. L’entreprise portuaire de Béjaïa refuse systématiquement de recevoir le bateau.

Rania Aghiles