Djamel Belmadi : La Fin d’une Ère Glorieuse, les Fennecs en Pleine Chute

0
Djamel Belmadi : La Fin d'une Ère Glorieuse, les Fennecs en Pleine Chute

Algérie Foot: Le stade résonne encore des acclamations qui furent autrefois une symphonie à la gloire de Djamel Belmadi, mais aujourd’hui, le ton a changé. Le sélectionneur emblématique de l’équipe d’Algérie de football a décidé de rendre le tablier après une sortie désastreuse du premier tour de la CAN-2023, laissant derrière lui une période tumultueuse, de la gloire à la chute brutale.

Le Déclin Inévitable

Au lendemain de la défaite face à la Mauritanie (0-1), Belmadi a annoncé sa décision aux joueurs dans le vestiaire, mettant fin à cinq ans et demi de service. La débâcle de la CAN-2023 n’est que le dernier chapitre d’une histoire qui a débuté avec un triomphe inattendu à la CAN-2019, suivie d’une impressionnante série de 35 matchs sans défaite. Cependant, la roue a tourné, et la descente a été vertigineuse.

De la Gloire à la Pression

Quand le public algérien saluait Belmadi comme « le ministre du Bonheur » après la victoire en 2019, peu auraient imaginé qu’il quitterait un jour son poste sous la pression du même public. Les supporters, qui ont longtemps été indulgents envers le sélectionneur, ont finalement atteint leur limite. La défaite contre la Mauritanie a été l’échec de trop.

En janvier 2022, l’Algérie quittait déjà la CAN 2021 au premier tour. Deux mois plus tard, la qualification pour la Coupe du Monde 2022 glissait entre les doigts des Fennecs. Le match contre le Cameroun, où ils devaient tenir 40 secondes de plus, s’est soldé par une défaite cruelle sur le fil.

Justifications et Faux-fuyants

Depuis que l’équipe a cessé de briller, Belmadi est devenu maître dans l’art des justifications et des faux-fuyants. Que ce soit la chaleur, l’humidité, la pelouse, ou même l’arbitre gambien Bakary Gassama, le sélectionneur avait toujours une explication pour chaque revers. Même pour cette sortie prématurée à la CAN-2023, l’arbitrage vidéo est devenu le bouc émissaire.

Un Héros Immunisé

Malgré les erreurs évidentes, Belmadi est apparu comme immunisé par son succès initial. Les critiques semblaient impuissantes face à ce sélectionneur, hors de portée de la presse et même de la fédération, selon certaines rumeurs. On lui attribue même un rôle dans la nomination des présidents de la FAF.

Pourtant, les erreurs de Belmadi étaient nombreuses et évidentes : dérapages en conférences de presse, nervosité sur la touche, gestion chaotique de l’effectif talentueux dont il disposait.

Un Nouveau Chapitre Attend l’Algérie

Avec le départ de Belmadi, l’Algérie doit désormais choisir un successeur. Quel que soit son successeur, les responsables devront veiller à remettre les choses à leur place, réaffirmant que le sélectionneur doit travailler sous le contrôle de la fédération. L’erreur faite avec Belmadi ne doit plus se répéter.

Cependant, la question du sélectionneur n’est qu’un détail dans un immense chantier qui attend le sport algérien. Les échecs répétés des dernières années doivent sonner l’alarme sur la nécessité d’une refonte totale du football, voire du sport algérien dans son ensemble. La dépendance aux joueurs « clés en main » formés en Europe semble ne plus suffire.

Les échecs, bien que douloureux, pourraient être le catalyseur d’un renouveau nécessaire. L’Algérie doit redoubler d’efforts pour former des joueurs de niveau et des champions dans toutes les disciplines. Il est temps de réécrire l’avenir du sport algérien. La fin de l’ère Belmadi pourrait marquer le début d’une nouvelle ère pour les Fennecs et l’ensemble du pays. L’Algérie retient son souffle, prête pour un nouveau chapitre dans l’histoire du sport national.

Article précédentRéunion du Conseil des ministres : Tebboune trace le cap, des enjeux cruciaux au menu
Article suivantPomme de Terre en Algérie : Cultiver l’Avenir dans des Tubes de Verre