Influenceurs: pas de publicité sur Instagram et Tik Tok sans un registre de commerce

0
Instagram Tik Tok
Advertisement

Algérie: Le 9 août 2022, le rideau est tombé sur l’une des affaires judiciaires les plus célèbres liées au crime d’escroquerie par le biais de sites de réseaux sociaux contre des dizaines d’étudiants, « Future Gate », qui a entraîné un certain compte Instagram et de « réseaux sociaux ». stars dans les couloirs de la justice et accusées de trafic d’êtres humains et de blanchiment d’argent, avant que le jugement définitif ne soit rendu et qu’elles soient libérées.

«Numidia», «Rifka» et «Stanley» sont des personnes influentes dont la vie est passée du glamour de la célébrité à un voyage face à la justice, 7 mois de conflit et d’enquêtes «marathon» pour tenter de prouver leur innocence devant de l’opinion publique, après que le dossier ait demandé beaucoup d’encre, même si leur affaire n’était qu’une « histoire » ne dépassant pas quelques minutes, et n’étant pas un crime entièrement décrit, le voyage se termine donc à l’intérieur des murs de la prison, d’autant plus que les pages de ces millions de personnes ont ensemble plus de 15 millions de followers.

Grande sympathie et foule alignée aux portes des établissements pénitentiaires attendant avec impatience leur sortie et prenant des photos et des vidéos documentant l’événement, mais avocats et juristes ont jeté un autre regard. Ils se sont

interrogés sur l’absence de textes légaux encadrant la publicité sur Instagram et autres réseaux sociaux. médias, et a confirmé que l’incident de l’influenceur hier Le futur proche tire la sonnette d’alarme aujourd’hui et impose une décision des plus hautes autorités de préparer une législation stricte qui empêche le chaos publicitaire et met fin aux publicités irréfléchies et aux publications aléatoires qui se transforment plus tard en impardonnables Le dossier sera bientôt mis sur la table des parlementaires, des imams et des avocats spécialisés.

Qui est l’influenceur ?

Rassembler des millions de followers sur une page sur les réseaux sociaux, et avoir une large base de fans et un record de visionnage, vous voilà devenu un « influenceur », c’est une tâche aisée pour certains dans la mesure où cela les a rendus célèbres en peu de temps et une fois qu’un clip vidéo comprend des mouvements ou des comportements étranges, peu importe Votre contenu ou ce que vous fournissez, il est devenu surnommé « influenceur »… Le professeur et avocat Ibrahim Bahlouli déclare, ajoutant : « Les pages de réseaux sociaux en Algérie sont devenues mal et exploité négativement, en raison des millions de comptes qui contiennent des programmes qui détruisent les coutumes et traditions algériennes de manière indirecte.

L’avocat ajoute : « La plupart de ces pages d’influenceurs ont un contenu anecdotique, et travailler par le biais de ces médias électroniques est devenu un moyen de s’enrichir sans raison, sans que l’État ne profite des profits que ces personnes tirent des flashs publicitaires et des clips publicitaires à des fins économiques. entreprises et même pour soutenir les campagnes électorales.

D’autre part, Bahlouli a appelé à légaliser cette activité et à mettre fin au chaos que les sites Web ont connu il y a des années, et à mettre en place des conditions pour travailler avec un registre du commerce électronique et une carte spéciale, et imposer un contrôle strict par les autorités pour l’exploiter. dans ce qui est bénéfique à la société et à l’État en évoquant des sujets porteurs de sens, et ce selon l’orateur en introduisant le L’« influenceur » définit les termes de son travail et fixe un cadre légal pour son activité, comme l’exige la société en termes du contenu et de la collecte financière et fiscale.

Le professeur est revenu pour parler de la question qui a récemment suscité une grande frénésie médiatique et était connue sous le nom de question des « influenceurs », appelant à une leçon à prendre pour éviter une répétition de ce qui s’est passé, et à une révision des textes juridiques pour dissuader de tels crimes. et les escroqueries électroniques, et le professeur ajoute que l’arsenal juridique lié à la cybercriminalité est constitué d’anciennes procédures qui ne permettent pas de contrôler l’activité et de lutter contre les abus, car de nouvelles lois doivent être promulguées pour réglementer les activités de ces personnes.

Accompagnement juridique des contrats publicitaires entre influenceurs et entreprises

D’autre part, le professeur Sassi Adnan, avocat et professeur à l’Université d’Alger, affirme que l’activité des influenceurs à travers les sites de réseaux sociaux connaît depuis peu une sorte de léthargie et de chaos, pointant du doigt à la gravité de l’affaire et à la menace qu’elle peut faire peser sur l’entité étatique en exploitant certaines Entités pour que ces célébrités soulèvent des questions sensibles susceptibles d’affecter la sécurité et la sûreté du territoire national.

Le porte-parole a révélé que le contenu de ces comptes a provoqué une rupture dans la société algérienne et violé sa vie privée, car « l’influence » n’a pas été mesurée par le contenu de ce qui était présenté, mais par le nombre d’adeptes et abonnés, de sorte que l’influenceur deviendrait plus tard requis par des entreprises bien connues pour faire de la publicité et promouvoir leurs produits en échange d’énormes sommes d’argent. .

L’avocat Sassi Adnan a suggéré la nécessité d’avoir un accompagnement juridique des autorités compétentes, de contrôler l’activité à travers les sites Web lors de la conclusion de contrats publicitaires afin que les procédures soient officielles et que toutes les parties soient liées par elles et garantissent leurs droits en cas de urgence.

D’autre part, l’avocat a suggéré d’organiser des journées d’étude, des séminaires et des ateliers pour soulever la question avec les parlementaires, les avocats et les religieux, pour arrêter le chaos et organiser l’activité qui ne peut être annulée malgré ses négatifs, mais plutôt afin de combler le vide juridique. le vider et le contrôler par les autorités, en fixant des conditions qui expliquent comment ouvrir des sites et des comptes et en encadrant son activité commerciale loin de la force de la polarisation et du nombre de participants.

L’implication de l’Algérie dans les organisations régionales pour les sites Web mondiaux

D’autre part, l’expert en numérisation et technologie, Younes Karar, a souligné qu’il est difficile d’appliquer la loi aux activités des influenceurs, et a suggéré que l’Algérie rejoigne les organisations régionales arabes ou africaines, afin d’imposer des conditions aux entreprises américaines propriétaires de ces plateformes, et de lui ouvrir des succursales en Algérie pour qu’elle puisse organiser le travail.

Une décision a également appelé à la promulgation d’une loi commerciale qui impose un pourcentage de taxes sur les revenus gagnés par ces plateformes, et l’expert a cité l’expérience européenne qui s’est unie afin de fixer les conditions de régulation du travail des influenceurs sur son territoire, au profit des revenus gagnés par l’entreprise propriétaire, ainsi que d’encadrer le travail de l’influenceur dans un cadre syndical et de le traiter Pour diffuser des messages positifs qui profitent à la communauté.

Au final, et à l’unanimité des juristes, on suppose que l’affaire de l’influenceur, propriétaire de la millionième page, Numidia Lazoul et consorts, va se transformer en un tournant et une révolution dans le domaine de la législation réglementant l’usage de Facebook, Instagram et YouTube. Les autorités vont-elles intervenir fermement cette fois ?

Article précédentUne visite à la lumière d’enjeux et de données complexes: L’envoyé de l’ONU pour le Sahara occidental est attendu en Algérie
Article suivantLe Syndicat des enseignants du primaire appelle à activer la médecine du travail…Retour du débat sur la « retraite relative »