L’ambassade de France répond aux accusations étrangères du Mali, la polémique continue entre Paris et Bamako

0
Paris et Bamako
Advertisement

France Mali: La polémique entre les gouvernements français et malien sur les accusations portées par le ministère malien des Affaires étrangères contre la France il y a deux jours n’est pas encore apaisée, dans laquelle il a confirmé sa disponibilité de preuves prouvant la violation de l’aviation militaire française de l’espace aérien malien, et le soutien de l’armée française aux groupes terroristes menaçant la stabilité et la sécurité du Mali, matériel et information.

L’élément nouveau de cette polémique a été une réponse de l’ambassade de France au ministère malien des Affaires étrangères, dans laquelle l’ambassade a confirmé : « La France a libéré de nombreuses villes maliennes tombées aux mains de terroristes, qui ont interdit l’éducation, institué des meurtres et les châtiments corporels, notamment dans les villes de Tombouctou et de Gawah ».

L’ambassade a ajouté: « Les forces françaises ont tué des centaines de terroristes qui menaçaient la sécurité du Mali, dont deux hauts dirigeants de la région, le chef de l’organisation » État islamique « , Adnan Abu Walid al-Sahrawi, et le chef de l' »Al -Organisation Qaïda » au Maghreb islamique, Abdelmalek Droukdel. »

L’ambassade de France a nié, dans des tweets sur Twitter, que la France « a soutenu des groupes terroristes, directement ou indirectement, au cours des neuf années qui se sont écoulées depuis la présence militaire française au Mali ».

L’ambassade de France a confirmé que « 53 militaires français sont morts au Mali, dont la tâche principale était de combattre les groupes terroristes », soulignant que « la France a subi ces dernières années des attentats terroristes meurtriers sur son territoire » et que « les terroristes restent ses principaux ennemis ». autour du monde. »

La semaine dernière, le ministère malien des Affaires étrangères a appelé, dans une lettre spéciale, le Conseil de sécurité de l’ONU à une réunion d’urgence pour examiner sa situation sécuritaire, accusant la France d' »espionnage » et de « violations répétées et fréquentes de l’espace aérien financier ».

Le Mali a confirmé qu’il disposait de « plusieurs preuves que la violation flagrante de l’espace aérien malien par l’aviation française visait à collecter des informations de renseignement au profit de groupes terroristes opérant dans la région du Sahel et à larguer des armes et des munitions sur ces groupes depuis les airs ».

Le Mali a envoyé son message au Conseil de sécurité de l’ONU, coïncidant avec la sortie définitive de la France du Mali, après plus de neuf ans de sa présence militaire dans le pays.

La Direction de l’information et des relations publiques des Forces armées maliennes, dans un communiqué publié le 7 août, avait documenté « des opérations secrètes et non coordonnées », confirmant que les terroristes bénéficiaient d’un grand soutien et d’une expertise extérieure.

Cela fait suite à des attaques simultanées attribuées à l’organisation « État islamique » dans le Grand Sahara, qui ont fait 42 morts et de nombreux blessés dans les rangs des forces armées maliennes.

Hier, le chef d’état-major français a annoncé qu' »environ 3 000 soldats français resteront dans la région du Sahel, après le retrait des forces de Barkhane du Mali, soulignant que ce retrait ne représente pas la fin de la mission militaire de Barkhane ».

Le chef d’état-major français a indiqué que les militaires français restés au Sahel exerceront leurs fonctions, dans le cadre d’une réorganisation de l’opération Barkhane hors du Mali, au niveau des bases françaises situées au Niger et au Tchad, en plus des partenariats militaires avec des pays africains. qui incluent les aspects militaires, de combat, opérationnels et logistiques.

En juin de l’année dernière, la France a commencé à réorganiser son déploiement militaire dans la région du Sahel ; Où il a décidé de réduire, d’ici 2023, le nombre de ses soldats de la région de 5 000 à entre 2 500 et 3 000 soldats.

Article précédentUne Marocaine a été condamnée à de la prison pour avoir insulté l’islam via Facebook
Article suivantLe gaz relance l’Algérie et renforce son poids politique