On ne peut pas chanter n’importe quoi en Algérie. Cheb Fayçal un chanteur oranais a fait les frais d’une mélodie que les oreilles des policiers algériens n’ont pas apprécié. Il a été arrêté et va passer devant la justice à cause d’une chanson dans laquelle il critique les services de sécurité.

Cheb Fayçal a été victime de son propre art. Une chanson dans laquelle il a quelques mots pour la police l’a mis dans une situation inconfortable. «Le chanteur de raï Cheb Fayçal a été arrêté dimanche après une plainte de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN) à la suite de l’interprétation d’une chanson ironique sur la police et son premier responsable, le général Abdelghani Hamel», rapporte l’AFP qui cite des sources locales.

Quelles paroles ont déclenché l’ire de la DGSN ? Le chanteur de raï a clairement traité les policiers de «balances», dans une chanson qui commence à faire fureur sur la toile algérienne, dans les stades et dans quelques discothèques oranaises. Une chanson qui a un succès mitigé, puisqu’elle lui a valu d’être écroué et de comparaître dès ce jeudi devant le tribunal d’Oran. La liberté d’expression semble avoir ses limites en Algérie, et la satire devient vite de la diffamation lorsque ce sont les forces de l’ordre qui sont moquées. Cette affaire nous apprendra que l’auto-dérision n’est pas le point fort de la police…

Originally posted 2013-04-22 18:22:52.

Article précédentComprendre l’histoire millénaire de l’Algérie 2/5 : du Kharidjisme à la dynastie des Almohades
Article suivantLes Français n'aiment pas le débat sur l'identité nationale (Sondage)