Maroc-Israël: Une mission « israélienne » suspecte à Rabat

0
mission israélienne à Rabat
Advertisement

Maroc- Israël: Il semble que les conseils du « code de conduite » que le gouvernement de Tel-Aviv a adressés aux touristes israéliens qui voyagent dans les pays nouvellement normalisés, devraient s’appliquer même aux diplomates nommés par les autorités d’occupation brutales à Rabat et dans d’autres pays arabes et non capitales arabes.

Les médias internationaux ont longtemps décrit, auparavant, les pratiques de nombreux touristes israéliens dans les hôtels des pays du Golfe, où ils volent tout ce qu’ils trouvent, y compris les serviettes de bain, les couvertures, les ampoules, les tasses et ainsi de suite.

Aujourd’hui, des odeurs fétides se dégagent de à l’intérieur du soi-disant « bureau de liaison israélien » dans la capitale marocaine, au point que la chaîne hébraïque arabophone a consacré un paragraphe à ce sujet dans l’un de ses bulletins d’information ; Alors que le ministère des affaires étrangères de l’entité coloniale tentait de contenir le scandale, en convoquant quelqu’un qui se dit « ambassadeur » à Tel-Aviv pour enquête !

ironie des circonstances ! Ceux qui ont été mandatés par le gouvernement ennemi pour embellir sa mauvaise image et faciliter la tâche de normalisation avec le Maroc et les Marocains, ont oublié ce pour quoi ils étaient venus et se sont livrés au harcèlement sexuel des filles marocaines et à la mise en place de nuits rouges (si les soupçons sont vrais) ainsi que des « accusations » de corruption financière et administrative au point de tromper de nombreux Juifs vivant au Maroc et de saisir leur argent sous prétexte de construire le « Foyer Juif » à Marrakech et de voler un précieux cadeau royal.

Il est étrange que les « soupçons » qui poursuivent David Kufrin, chef du « bureau israélien » à Rabat, et ceux dans son orbite, aient été évoqués par de nombreux médias marocains (sauf officiels), mais les agences gouvernementales ont préféré garder le silence, car ils n’ont exprimé aucune position sur la question et n’ont pas interagi avec celle-ci ; Bien qu’il s’agisse d’accusations portant atteinte au prestige du Maroc et à la dignité des Marocains !

Face à l’ensemble des « accusations » sur lesquelles le ministère israélien des Affaires étrangères a commencé à enquêter (et liées à des allégations de harcèlement sexuel, d’exploitation des femmes, de disparition de cadeaux et de conflits entre les ailes au sein de ce « bureau bombardé connu »), le Marocain Le journaliste Al-Hussein Yazi a soulevé un certain nombre de questions dans une publication sur Facebook, comme suit : Ensuite : « Qui a revendiqué, qui s’est plaint et de quel côté s’est-il tourné pour réclamer et se plaindre ? Où sont les victimes de harcèlement et d’exploitation sexuels ? Se sont-ils plaints au ministère israélien des Affaires étrangères ou à la justice marocaine ? Et où le harcèlement, l’exploitation sexuelle et même la traite des êtres humains ont-ils eu lieu : à l’intérieur des bureaux connus, ou dans des hôtels et dans le cadre de soirées privées ? Et où est le ministère marocain des Affaires étrangères de ce qui se passe ? Et où est le ministère public, qui a le droit et le devoir d’agir seul pour ordonner une enquête sur ce qui se passe conformément à la loi marocaine et conformément aux accords judiciaires, sans attendre les plaintes des victimes supposées ?

Le mariage n’est pas complet !

Il y a quelques semaines, certains ont organisé une « zaffa » pour ouvrir les bureaux d’une chaîne hébraïque dans les villes marocaines, et y ont vu une victoire pour la voie de la normalisation. C’est alors qu’éclate le scandale de tromper les travailleurs marocains avec des contrats de travail en Israël, et que le représentant de cette entité à Rabat dénonce, alors même qu’« il n’y a pas de feu sans fumée », comme on dit, surtout si l’on essaie de rassembler ici et là des éléments séparés. sur la présence diplomatique « israélienne » à Rabat et les accusations y afférentes.

Il est à noter que ces faits successifs, qui se sont soldés par un « soupçon » de scandales moraux pourchassant « l’ambassadeur » israélien à Rabat, sont intervenus après de nombreux discours sur la vérité de la position de Tel-Aviv sur la question du Sahara marocain, comme la phrase  » nouveaux amis du Maroc » qui figurait dans le discours royal a été interprété. C’est précisément ce que l’on entend par « Israël ». La convocation de l’ambassadeur David Kufrin était-elle une manœuvre et une tentative de contourner cette question cruciale pour les dirigeants de Tel-Aviv ?

Nul doute que les médias, politiques, acteurs de la société civile, hommes d’affaires et financiers marocains qui ont couru ces derniers mois vers le bureau et la résidence de « l’Ambassadeur » accusé de corruption morale et administrative se mordent les doigts ces jours-ci, après avoir ont eu beaucoup de pression sur le cours de la normalisation qu’ils supposaient être bénéfique pour le pays et le peuple, et à l’avant-garde de celui-ci. Leurs rêves ou leurs illusions : la reconnaissance par Israël de la marocanité du Sahara, ignorant que le prix à payer ( s’il est atteint) est de consolider la légitimité de l’occupation israélienne de la Palestine et d’appuyer ses grandes ambitions qui ne s’arrêtent pas à des frontières spécifiques et ne reconnaissent pas les exigences de la communauté internationale, y compris la solution à deux États sur la terre de Palestine.

Cependant, quand l’usurpateur de la terre a-t-il accepté de la partager avec son propriétaire ?!

Duels parallèles !

De nos jours, les réseaux sociaux sont devenus une arène de féroces batailles verbales entre des professionnels des médias arabes bien connus, où des accusations et des épithètes de gros calibre sont échangées. Ces batailles sont alimentées par les commentaires des followers et des blogueurs qui gagnent pour un parti ou l’autre, ce qui crée une scène divertissante pour certains, et est devenu un sujet même pour les chaînes de télévision internationales, comme c’est le cas avec la chaîne arabe de la BBC.

Le débat était basé sur des questions politiques controversées, sur lesquelles les positions et les appréciations variaient. Il est plus approprié pour les professionnels des médias – à notre humble avis – de chercher ce qui unit les frères arabes, et non de creuser ce qui les divise.

Ils devraient refermer les poignards qu’ils pointent l’un sur l’autre, créant des duels parallèles, déformant la discussion sur les rôles confiés à l’intellectuel arabe, surtout dans la phase actuelle où le corps arabe s’est affaibli, en raison des maladies de la fragmentation, de la division , et l’agression impérialiste oppressive, ainsi que la souffrance du citoyen avec des questions de démocratie, de liberté et de développement et de justice sociale.

Tant qu’on parle de batailles, il est dommage que certains problèmes politiques urgents entre deux pays arabes (comme c’est le cas, par exemple, entre la Tunisie et le Maroc) aient provoqué l’implication de professionnels des médias et d’intellectuels pour mobiliser des campagnes et alimenter les hostilités , au lieu de contribuer au rapprochement entre les citoyens et de surmonter les divergences d’urgence.
La distance nécessaire doit être prise entre les régimes et les peuples, entre les calculs politiques circonstanciels et les dénominateurs humains communs.

La recette du ministre !

En ce début de semaine, la rentrée a commencé au Maroc, et avec elle le glamour médiatique qui l’accompagne avec le cahier des charges habituel : inaugurations lumineuses, et discours officiels pleins de promesses et de bavardages. Mais ce qui est intéressant dans le dossier, c’est la « recette » lancée par le ministre marocain de l’Éducation nationale pour moderniser le secteur et corriger ses failles, notamment en favorisant la lecture en arabe et en français. Cela revient à négliger le débat public, qui emprunte deux voies : la première est l’exigence de la généralisation de la langue amazighe dans divers domaines de l’éducation, comme langue nationale aux côtés de l’arabe, et la seconde est l’exigence de remplacer la langue anglaise par Le français, qui n’a aucune valeur dans les domaines de la science, de la connaissance et de la technologie dans le monde.

Alors que la France exerce ses surenchères sur les Marocains, en privant des milliers d’entre eux de visas d’entrée sur son territoire, ainsi que sa position fluctuante sur la question du Sahara, le ministère marocain de l’Éducation insiste sur le maintien du français comme langue d’enseignement dans les écoles et lycées, avec les opérations commerciales y afférentes pour l’acquisition des manuels scolaires Imprimés à Paris, notamment pour les écoles privées.

Le Maroc ne peut rêver d’indépendance économique, culturelle et linguistique tant que le lobby francophone domine les secteurs les plus vitaux, au premier rang desquels le secteur de l’éducation.

Article précédentVidéo| Le Marocain Taha Benghzel a provoqué des affrontements en finale de la Coupe arabe U-17
Article suivantVidéo: Scènes regrettable à la fin du match Algérie-Maroc en finale de la Coupe Arabe U-17