Media : De Mistura prévoit une en tournée le mois prochain, notamment en Mauritanie et en Algérie

0
De Mistura
Advertisement

Le site d’investigation indépendant Africa Intelligence a rapporté jeudi, citant ses sources, que Staffan de Mistura, l’envoyé spécial des Nations unies pour le Sahara occidental, effectuera une tournée qui le conduira en Mauritanie et en Algérie , entre les mois de septembre septembre prochain et octobre.

Le site n’a pas mentionné si l’envoyé international visitera les camps des réfugiés au désert, mais cela peut être certain car il les a supprimés de sa dernière tournée.

L’envoyé spécial de l’ONU a exclu la Mauritanie, l’Algérie et les camps du tindouf de sa dernière tournée, qu’il a effectuée début juillet dernier, limitée au Maroc, ce qui a poussé le Front Polisario à exiger des Nations unies des éclaircissements sur les raisons qui a empêché de Mistura de voyager pour rencontrer les autres parties concernées et intéressées par le conflit.

L’envoyé spécial du gouvernement algérien au Sahara occidental et au Maghreb a accusé les autorités marocaines « d’entraver la mission de de Mistura et d’imposer des restrictions à ses déplacements lors de sa dernière tournée ».

Une source proche de l’envoyé de l’ONU a déclaré : « Les autorités marocaines avaient précédemment exprimé à l’envoyé de l’ONU leurs réserves quant à son inspection de la zone contestée lors d’une précédente visite en janvier dernier ».

Une résolution du Conseil de sécurité publiée fin octobre appelait le Maroc, le Front Polisario, l’Algérie et la Mauritanie à reprendre les négociations bloquées depuis 2019, « sans conditions préalables et de bonne foi », dans le but « d’une politique juste, durable et durable ». solution politique mutuellement acceptable » dans le but de « l’autodétermination ». Le peuple du Sahara Occidental.

Le Sahara occidental, qui fait l’objet d’un différend entre le Maroc et le Front Polisario soutenu par l’Algérie, est classé par les Nations unies parmi les « Territoires non autonomes ».

Rabat, qui contrôle près de 80% du territoire de cette vaste région désertique, propose de lui accorder une autonomie sous sa souveraineté comme seule solution à ce conflit vieux de plusieurs décennies, tandis que le Polisario appelle à un référendum d’autodétermination sous la supervision des Nations Unies Nations Unies, qui a été décidé lors de la signature d’un accord de cessez-le-feu. L’incendie entre le royaume et le front en septembre 1991.

Article précédentLe gaz relance l’Algérie et renforce son poids politique
Article suivantEntre Algérie et Madrid : comment la glace va-t-elle se briser ?