Dans son édition du mercredi 16 février 2011, le journal satirique français « Le Canard Enchaîné » épingle le ministre algérien de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire Chérif Rahmani.

L’hebdomadaire français révèle, en effet, que le ministre algérien, « inamovible des cercles du Pouvoir depuis 30 ans », possède au moins
trois propriétés immobilières dans le très chic quartier parisien du XVI arrondissement. Selon cette source, M. Rahmani possède un appartement de 85m2 à la rue Singer, un studio de 20m2 à la rue Lekain et un deux pièces de 31m2 à la rue des Sablons.

Le journal français précise que ces trois propriétés sont regroupées au sein d’une société civile immobilière, la SCI Fomm détenue par l’épouse de M. Rahmani. « Le Canard Enchaîné » indique que tous ces biens ont été acquis au début des années 90 par des proches du ministre algérien, « y compris son chauffeur », puis intégrés dans diverses SCI qui ont finalement atterri entre les mains de madame Rahmani.

L’hebdomadaire satirique donne aussi quelques détails sur la fortune du couple Rahmani en indiquant qu’il avait bénéficié, début 2000, d’une propriété de l’Etat qui accueillait l’ambassade du Pakistan à Alger pour « quelques kilos de dattes ». Une propriété que les Rahmani ont revendue 800.000 euros quelques années plus tard.

RAF