Un certain nombre de messages énigmatiques ont été adressés dans un texte de discours émanant de la présidence de la république, lu ce mercredi par le Secrétaire général de la présidence, Habba El Okbi, à l’ouverture de la rencontre gouvernement-walis.

La présidence pointe des « attaques qui visent les institutions de l’État ». Des attaques considérées comme une « atteinte à la Constitution ». De quelle institution(s) s’agit-il ? Cette missive ne l’explique pas clairement.

Advertisement

Le ton sur lequel a été rédigé ce message est du moins inhabituel. Il ne s’agit pas d’une mise en garde adressée directement à ces forces occultes aux velléités déstabilisatrices, mais d’un ordre de bataille transmis aux commis de l’État ! Comme si cet l’ennemi nécessite une mobilisation générale. Il est également question de sauvegarder la stabilité, autrement dit de maintenir le statu quo.

Le message adressé aux walis appelle donc à une extrême prudence à l’approche des élections présidentielles. Comme le veut la tradition, on a évoqué des «manœuvres malintentionnées qui guettent l’Algérie à l’approche de chaque scrutin », sans avancer aucune précision. La lettre ne porte aucune indication sur l’identité des comploteurs.

La missive a également évoqué des « aventuristes qui propagent le désespoir pour détruire ce qui a été construit par toute une génération ».