Des échanges verbaux faits d’accusations indirectes et de réactions tout aussi indirectes qu’imprécises font la une des médias nationaux. Il s’agit des propos tenus, hier lundi, par le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Louh et à travers lesquels il s’en est pris à Ahmed Ouyahia sans le designer nommément. Le RND a usé du même langage pour dénoncer des « voix » qui attaque son SG ! À quoi tout cela rime ?

Le RND d’Ahmed Ouyahia a réagi ce mardi aux accusations franches, dangereuses, mais indirectes de Tayeb Louh. Le parti d’Ouyahia a souligné, dans un communiqué, que « Des voix s’en sont prises, encore une fois, au Secrétaire général du Rassemblement National Démocratique, Monsieur Ahmed Ouyahia, en faisant allusion, encore une fois, au dossier (vide) des cadres emprisonnés dans les années 90 ».

Advertisement

Il s’agit ici de la réponse du RND aux accusations du ministre de la Justice qui assurait hier lors d’une prose de parole hier à Oran, que « les abus dont ont été victimes dans les années 1990 les cadres de l’État, font partie du passé et ne peuvent en aucun cas se reproduire».

Le RND a tenu à mettre en exergue le fait qu’Ahmed Ouyahia n’était pas en charge du ministère de la Justice à l’époque et que les cadres mis en prison, au milieu des années 1990, ne dépassez pas quelques dizaines.

Tayeb Louh avait également évoqué l’histoire des taxes qui allaient être imposées aux citoyens sur les documents biométriques, comme la carte d’identité et le passeport, tout en saluant la décision du président de la République de les annuler lors du Conseil des ministres.

Le Premier ministre a, bien sur, préféré ne pas réagir à ce pique, tout en orientant le débat vers une période sensible de l’histoire récente de l’Algérie, misant, peut-être, sur le fait qu’on évitera de s’aventurer dans cette direction. L’objectif serait, peut-être, aussi d’éviter d’aborder des sujets qui risquent de rendre le patron du RND et actuel Premier ministre encore plus impopulaire qu’il ne l’est.  en tout cas, tout cela ne donne aucune indication sur les velléités du ministre de la Justice !