Le torchon continue de bruler entre le Premier ministre Ahmed Ouyahia et son ministre de la justice Tayeb Louh. Interrogé à ce propos, le patron du FLN Djamel Ould Abbès s’en lave les mains.

Les très violentes critiques portées par Tayeb Louh contre son chef hiérarchique Ahmed Ouyahia continuent de nourrir la polémique. Des critiques assumées par le ministre de la Justice qui a d’ailleurs démenti de s’être excusé auprès de M. Ouyahia.

Advertisement

La polémique continue d’enfler au point de pousser le patron du FLN Djamel Ould Abbès à intervenir pour communiquer la position de son parti concernant cette affaire aux contours flous.

« Les propos de Tayeb Louh n’engagent en rien le FLN », a-t-il souligné aux confrères de Liberté, précisant que le garde des Sceaux « agit en tant que ministre et non comme militant du FLN ».

Pour écarté toute interprétation de cette escarmouche verbale, formulée de façon indirecte par les deux ministres, Ould Abbès a mis en exergue le fait que son parti ne l’a (Louh) pas délégué pour s’attaquer à Ouyahia », exprimant par là même, sa totale confiance en la personne du Premier ministre qui est aussi un allié politique important dans cette entreprise commune qu’est le cinquième mandat de Bouteflika.

Pour ce qui est de l’entorse aux règles de discipline, le patron de l’ex-parti unique a rétorqué aux confrères de Liberté que l’évaluation du comportement de Tayeb Louh est du seul ressort du président de la République.

Rappelons que lundi dernier, le ministre de la Justice avait déclaré ors d’une allocution à Oran que « les abus dont ont été victimes dans les années 1990 les cadres de l’État, font partie du passé et ne peuvent en aucun cas se reproduire».

Tayeb Louh avait également critiqué Ouyahia à propos de la taxe qu’il voulait imposer aux documents biométriques, comme la carte d’identité et le passeport. Le lendemain, le RND avait pris à sa charge de répondre à ces attaques, nourrissant encore plus la polémique.