Le coordinateur du FLN Moad Bouchareb a prononcé hier lundi un discours devant les militants de son parti dans le cadre de la campagne de soutien au candidat FLN aux sénatoriales. La flatterie et l’encensement étaient au rendez-vous. La menace et les références au terrorisme des années 1990 également.   

« Nous soutenons le président Bouteflika sans hésitation ni complexe. Son programme ambitieux s’inscrit dans la continuité, dans un contexte marqué par la paix et la sécurité. Les programmes du président Bouteflika ont rendu aux Algériens leur dignité », a-t-il proféré non sans une certaine théâtralité.

Cette fois le coordinateur du FLN ne s’est pas limité à la flatterie et à l’encensement. Ce dernier a fait référence, à plusieurs reprises, au terrorisme et aux années de sang.

« Si l’on se projette 20 ans en arrière, si l’on fait une rétrospection des années 1990, ce que l’en voit, c’est une Algérie meurtrie par un courant portant un projet dont les valeurs étaient contraires à celles de la société algérienne. Cela nous avait mené au terrorisme », a-t-il décrit tout en mettant en avant les « bienfaits » de la fameuse charte pour la paix et la réconciliation nationale.