Afin de parer à une éventuelle épidémie de grippe, le ministère de la Santé vient de renforcer le dispositif actuel en mettant sur le marché quelque 370 000 unités. L’objectif étant de prémunir les personnes à risques.

De l’avis des professionnels de la santé, le mois de janvier est propice à l’apparition d’épidémies de grippe et c’est à ce moment de l’année que l’influenza fait le plus de victimes. Combiné aux bouleversements climatiques dus au dérèglement du climat, le risque devient d’autant plus grand.  

Advertisement

Interrogé à ce propos par la radio nationale, le professeur Abdelkrim Soukhal, épidémiologiste, dit qu’il n’y a aucun autre moyen de prévention contre la grippe hormis la vaccination. Dix jours après la vaccination, le corps dispose des anticorps nécessaires pour faire face aux attaques des virus en circulation.  

Il faut souligner à la fin que la prévention contre la grippe, autrement dit la vaccination se fait toujours avant l’apparition d’une épidémie et jamais après. La vaccination contre les virus grippaux saisonniers concerne les personnes fragilisées vis-à-vis de l’infection et à risque de complications, notamment les personnes âgées, celles atteintes de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes et les personnes obèses. Elle permet à la fois de réduire le risque d’être contaminé par la grippe et de réduire le risque de developper des formes graves de la grippe.

La vaccination des femmes enceintes protège également le nourrisson dans ses premiers mois de vie.

Les souches de virus de la grippe en circulation ne sont pas les mêmes d’une année à l’autre et la durée de protection du vaccin peut s’estomper après quelques mois. C’est pourquoi il faut se faire vacciner chaque année.