La France est en deuil. Tous les drapeaux du pays seront en berne à partir du vendredi 26 septembre et pour trois jours pour rendre hommage à l’otage français Hervé Gourdel, assassiné par ses ravisseurs en Algérie. En Kabylie où a été enlevé le guide de montagne avant d’être tué, c’est la colère qui domine. Dans la ville de Tizi Ouzou, aucun dispositif de sécurité exceptionnel n’était visible jeudi 25 septembre, mais les habitants sont choqués. Ils se sont rassemblés pour rendre hommage à la victime.

Des photos d’Hervé Gourdel, des bougies et une banderole indiquant « Halte au terrorisme ». Quelques dizaines d’habitants, dont de nombreux jeunes, étaient rassemblés devant l’université de Tizi Ouzou, jeudi 25 septembre.

« Au départ, nous avions initié ce rassemblement pour exiger la libération d’Hervé Gourdel. Comme il a été assassiné, lâchement assassiné, nous l’avons transformé en rassemblement de condamnation pour dire que la Kabylie est étrangère à ce crime odieux. Toute la Kabylie le condamne fermement », a déclaré Hassan Cherifi, l’un des organisateurs.

Lire la suite sur rfi.fr