Le président de la République sahraouie démocratique (RASD), Mohamed Abdelaziz, a estimé depuis Madrid, où il a animé, jeudi, une conférence de presse, que les accusations du roi du Maroc reprochant à l’Algérie d’avoir «pris en otage des réfugiés sahraouis à Tindouf sont des déclarations méprisables que personne ne croit».

Le chef de la RASD a indiqué qu’ au contraire, « des Organisations internationales de défense des droits de l’Homme et des organisations humanitaires travaillent, depuis des années, dans les camps de réfugiés e Tindouf. Elles peuvent donc témoigner de la liberté qui y règne et de la démocratie que les Sahraouis sont entrain de construire », a répliqué Mohamed Abdelaziz qui rappelle que « les vrais otages se trouvent dans les territoires occupés ». « L’Algérie ne fait qu’accueillir des réfugiés qui ont fui l’occupant marocain », a rappelé Abdelaziz qui a « remercié l’Algérie ».

Le chef du Polisario n’a pas apprécié la dernière visite effectuée par le Roi du Maroc à Laâyoun. Selon lui, ce geste «est provocateur» parce que « personne, sur la scène internationale, ne reconnaît la souveraineté du Maroc sur la région du Sahara occidental ». C’est d’ailleurs pour cela que les Sahraouis ont demandé à travers leur président, à l’Espagne et à la France «de faire pression sur le Maroc» pour accepter l’organisation d’un référendum d’autodétermination.

La conférence annuelle des organisations européennes de soutien au Sahara Occidental se tient depuis vendredi à Madrid. Elle sera marquée par une manifestation de rue qui se tiendra samedi dans la capitale espagnole.

Essaïd Wakli