La Côte d’Ivoire de Didier Droga a manqué le coche de justesse. Les Eléphants se sont fait éliminer du Mondial mardi à la dernière seconde du match qui les opposaient à la Grêce (1-2). L’Algérie devra à tout prix éviter un tel scénario si elle veut se qualifier demain pour un 8è de finale historique en Coupe du Monde.

Un dénouement cruel. Jusqu’aux arrêts de jeu, la Côte d’Ivoire première nation africaine du Mondial brésilien tenait son ticket pour les 8è de finale. Une première dans l’histoire de ce pays. Un nul suffisait effectivement aux Elephants pour se qualifier pour le 2è tour de la Coupe du Monde au Brésil. Et jusque là, ils étaient parvenu à préserver le match nul, un but partout.

Puis, vint la 92è minute. L’arbitre du match, l’Equatorien Carlos Vera, siffle un penalty contre le défenseur ivoirien Sio pour une faute sur l’attaquant grec Samaras. Ce dernier se fait justifier lui-même et transforme à la dernière seconde du match le penalty qui lui a été accordé. La Grêce arrache ainsi sa victoire 2 but à 1 et surtout son billet pour les 8è de finale.

Qualifiés jusqu’à la 92è minute

Certains observateurs continuent à glauser : le penalty sur Samaras est-il vraiment mérité ? L’attaquant grec est-il tombé tout seul, simulant une faute de la part de Sio ? Toujours est-il que la bande de Didier Drogba a raté une occasion en or de jouer un premier 8è de finale de son histoire. Abbatus à la fin de la rencontre, les joueurs et le staff ivoriens ne cachaient pas leur déception. A l’image de Kolo Touré, le défenseur de Liverpool qui jouait sa dernière Coupe du Monde. « On donne le bâton pour se faire frapper, on leur a donné le match. […] On met souvent en cause la défense en Côte d’Ivoire mais ça s’est vu aujourd’hui. A trente secondes du match, on doit avoir onze joueurs dans les dix-huit mètres. Malheureusement, c’est ça le problème des équipes africaines, on ne réfléchit pas assez », lâche-t-il chez nos confrères de L’Equipe.

Les Verts sont prévenus

La défaite de la Côte d’Ivoire face à la Grêce (1-2) au terme d’un match dramatique est riche en enseignements pour les Verts, qui joueront leur destin dans cette compétition demain face à la Russie. L’élimination des Ivoiriens à la dernière seconde est une pîqure de rappel : un match se joue jusqu’au coup de sifflet final. De la concentration, de l’implication, de l’engagement et une grosse dose de solidarité jusqu’à la dernière seconde. Les joueurs algériens devront en faire preuve jusqu’à la dernière seconde s’ils ne veulent pas se priver d’un 8è de finale historique.