La ministre de l’Éducation nationale Mme Nouria Benghabrit s’est prononcée, lors de son passage, ce dimanche, sur les ondes de la radio nationale, sur plusieurs sujets tournant autour de l’examen du Baccalauréat de cette année, parmi lesquels, des mesures drastiques pour mettre fin au phénomène de désertion des classes de cours. Elle promet ainsi de radier les élèves absentéistes.

En effet, la ministre a évoqué plusieurs questions relatives à son secteur. Parmi les sujets qui ont suscité l’attention, le phénomène de la désertion des classes de cours par les élèves de terminale. «Ce phénomène nous préoccupe grandement», a-t-elle affirmé, ajoutant qu’il n’y avait pas de chiffres exacts traduisant l’ampleur de la chose, mais que des «échos du terrain  confirmaient cette tendance».

Advertisement

À ce sujet, la ministre a indiqué que des mesures drastiques ont été prises et que les candidats au Bac risquaient une radiation au bout de trois mises en demeure, avec perte du droit de passer l’examen.

La responsable du secteur c’est montrée déterminée à enrayer cette tendance qui caractérise de plus en plus les classes d’examens de fin de cycle secondaire. Il a été question de sanctions plus qu’autre chose. Les raisons qui poussent ces candidats au Bac à déserter leurs classes de cours ont été tout simplement esquivées.

Par ailleurs, les intéressé, (les élèves de terminale NDR) disent qu’ils sont plus enclins à étudier seuls ou en s’inscrivant à des séances de cours de soutien que de suivre les horaires de cours tels que prévus par le ministère de l’Éducation nationale.«On perd beaucoup de temps», déclarent-ils, ajoutant qu’en classe, les programmes standardisés ne prennent pas en compte les capacités de tout le monde.

Un autre problème est mis en exergue par ces élèves, à savoir celui de l’efficacité du système éducatif surtout concernant les classes d’examens: «Les cours qu’on reçoit en classe ne sont pas suffisants. Ils sont donnés à la hâte par des profs qui font leur métier à contrecœur. Ils sont plus motivés en dehors de l’établissement. Le message passe mieux quand on les paye en liquide. Alors moi, je préfère ne pas perdre mon temps au lycée. Je me rends chez eux et j’en ai pour mon argent», estime un candidat au Bac.

Massi Mansour