Des ministres de l’actuel gouvernement ou leurs proches vont être convoqués prochainement par le juge d’instruction en charge de l’enquête sur l’affaire des 701 kilogrammes de cocaïne pour être entendus.

C’est ce qu’a indiqué aujourd’hui le quotidien arabophone «Ennahar» sans donner plus de détails concernant l’identité de ces responsables.

Advertisement

Selon la même source, le fils d’un «important» général, démis de ses fonctions par le Chef de l’Etat ces derniers temps, avait déjà été interrogé cette semaine. Quelques jours seulement après la saisie de cette quantité de drogue, le 29 mai dernier, à bord d’un navire contenant de la viande congelée importée du Brésil par Kamel Chikhi, en prison actuellement, plusieurs magistrats ou proches de responsables avaient été mis en cause. L’enquête sur cette affaire de drogue a révélée, par ailleurs, un gros trafic d’influence relatif à l’immobilier. Kamel Chikhi avait lancé plusieurs promotions avec l’ «aide» de plusieurs responsables ou leurs proches. C’est ainsi par exemple que le fils de l’ancien Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, avait été inculpé.

Tous comme le chauffeur «personnel» de l’ancien patron de la police, le général-major, Abdelghani Hamel. D’ailleurs, c’est dans le sillage de cette affaire que ce dernier avait été démis de ses fonctions au mois de juin dernier.

Tous comme l’ex patron de la Gendarmerie nationale, le général-major, Menad Nouba. D’autres hauts gradés de l’armée, tels que les généraux-major Mokdad Benziane et Boudjemaâ Boudouaouar, respectivement ex-directeur du personnel et ex-directeur central des finances au ministère de la Défense nationale, ont également connus le même sort. Et la série des limogeages pourrait continuer dans les jours à venir…

Elyas Nour