L’Etat israélien a annoncé vendredi 30 novembre, son intention de construire 3 000 logements dans des colonies, en guise de représailles envers la Palestine, qui vient d’obtenir le statut d’Etat d’observateur à l’ONU.

24 heures à peine auront suffi à Israël pour préparer sa vengeance envers l’autorité palestinienne qui a accédé à un nouveau statut au sein des Nations Unies. Israël était contre le rehaussement du statut de la Palestine à l’ONU et continue de le faire savoir en relançant la construction de 3000 logements dans les colonies situées dans les territoires palestiniens, en Cisjordanie.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a demandé l’arrêt de la colonisation mais reste ouvert à des négociations avec Israël. « «J’ai dit mille fois que nous voulons reprendre les négociations et nous sommes prêts à le faire […] Nous ne posons pas de conditions, mais il existe pas moins de 15 résolutions de l’ONU qui considèrent la colonisation comme illégale et comme un obstacle à la paix qu’il faut éliminer », a-t-il déclaré. « Est-ce que les voisins israéliens sont prêts ? La balle est dans leur camp et dans celui des Américains », a-t-il précisé au sujet de la reprise des négociations. Les Etats-Unis, justement qui ont pourtant voté contre la résolution de l’ONU, ont condamné le projet israélien d’extension des colonies. La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton estime qu’il fait « reculer la cause de la paix ».

Le nouveau statut de la Palestine à l’ONU lui permet désormais de saisir la CPI (Cour pénale internationale) pour dénoncer les représailles d’Israël. « Nous avons désormais le droit de saisir la CPI mais nous n’allons pas le faire maintenant et ne le ferons pas, sauf en cas d’agression » israélienne, a affirmé Mahmoud Abbas.