Internet en Algérie

La fracture numérique existe bel et bien dans notre pays. Toutes les villes ne sont pas logées à la même enseigne en matière de rapidité de connexion à Internet.

Et c’est l’indice Net Index qui le démontre. Un outil conçu par la société américaine Ookla qui évalue la vitesse de téléchargement obtenue à partir de tests de connexion entre ordinateurs et serveurs situés dans un rayon de 480 km. Ce classement, disponible sur le site Speedtest.net, permet donc de comparer et de classer les vitesses de téléchargement sur internet.

Si l’on se focalise sur l’Algérie, l’un des pires pays en matière de débit si l’on en croit ce même classement, on constate une fracture très nette entre littoral et intérieur du pays. Sans surprise, les zones les mieux dotées sont les grandes villes. En tête, Alger où l’internaute a bénéficié d’une vitesse de connexion moyenne de 1,20 mpbs entre le 14 juillet et le 12 août 2013.

La suite du classement révèle quelques surprises. Sétif et Béchar sont deuxième ex-aequo sur la même période avec une vitesse moyenne de 1,12 mbps. Quatrième : Ouargla avec 1,02 mbps. Seules les villes citées jusqu’ici bénéficie d’une connexion plus rapide qu’un méga par seconde. Dans la suite du classement on trouve :

5/ Oran : 0,98 mbps

6/ Annaba : 0,82 mbps

7/Bejaïa : 0,81 mbps

8/Chlef : 0,78 mbps

9/Batna : 0,75 mbps

10/Constantine : 0,61 mbps

Conscient de la fracture numérique croissante en Algérie, le gouvernement vient d’annoncer un plan de 140 milliards de DA consacré entre autres au développement du haut débit et de la 3G.

Notez cet article