Des ressortissants algériens résidant en France se sont rassemblés, ce matin, devant le consulat général d’Algérie à Marseille pour dénoncer ce qu’ils qualifient être le «silence» des autorités diplomatiques algériennes après la série d’assassinats dont ont été victimes dans la ville phocéenne pas moins de 10 personnes originaires majoritairement de la wilaya de Khenchela.

Les «protestataires», une vingtaine selon les images postées sur les réseaux sociaux, ont, pour l’occasion, dénoncer le «racisme» des autorités consulaires locales. Ils ont brandi, entre autre, une banderole sur laquelle était inscrit : «Les Chaouis font partie du peuple algérien».

Qu’est ce qui est attendu des autorités consulaires sur place ? Les personnes qui se sont rassemblées ce matin ont estimé que le gouvernement algérien ne fait rien pour les protéger. Or, ces multiples assassinats semblent être, pour la quasi-totalité, des «règlements de comptes».

C’est ce qu’a affirmé, d’ailleurs, le 7 février dernier, l’agence officielle APS, de «source proche du dossier». De plus, le nombre total des victimes enregistrés ces derniers temps est de sept et non dix comme rapporté par plusieurs médias.

Certaines informations évoquent carrément une «guerre de gang» entre deux familles, originaires toutes les deux de Khenchela, pour le contrôle du marché des stupéfiants dans le Nord de Marseille.

Elyas Nour