Le président du Syndicat des travailleurs de l'électricité et du gaz (Snategs), Mellal Raouf, a été condamné par le tribunal de Sidi Mhamed, à Alger, à deux mois de prison ferme.

Celui-ci a été poursuivi en justice suite à une plainte déposée par la Sonelgaz pour «diffamation à l’encontre du PDG de l’entreprise, Nourredine Bouterfa», qui a quitté ses fonctions depuis.

Advertisement

Mellal Raouf devra également s’acquitter du «dédommagement» qui a été estimé à 500 000 dinars (50 millions de centimes), en plus de la prise en charge des frais de justice du plaignant. C’est un certain Hamdi Rachid qui a représenté l’entreprise au tribunal.

Le mis en cause a indiqué sur les réseaux sociaux que ni lui, ni un représentant du syndicat, encore moins l’ancien PDG, n’ont assisté au procès. Le juge n’a entendu que le nommé Hamdi Rachid et c’est sur la base du témoignage de ce dernier qu’il a été condamné à deux mois d’emprisonnement ferme.

Le président du Snategs a souvent eu des «démêlés» avec la Sonelgaz dont les responsables n’ont jamais accepté l’existence d’un syndicat autonome. D’ailleurs, le 16 mai de l’année dernière, le ministère du Travail a pris la décision de «dissoudre» ce syndicat dans la date de création remonte à 2013.

Pour Mellal, cette décision était «illégale» dans la mesure où seul la justice peut prononcer la dissolution d’un syndicat. En tous cas, il est clair que les syndicats autonomes sont de plus en plus réprimés par les autorités publiques qui optent à chaque fois pour le recours à la justice, notamment pour ce qui est des différents mouvements de grève.

Elyas Nour