« J’ai eu l’honneur d’avoir servi le président Bouteflika pendant 13 ans dans différents postes de responsabilité. Je lui souhaite une longue vie ». Ces propos ont été tenus hier par le patron du FLN Djamel Ould Abbès. À quoi riment toutes ces déclarations qui semblent de plus en plus contradictoires ?

En président une réunion avec les élus du FLN hier à la Maison du Peuple, siège de l’UGTA, dans le cadre de la préparation des élections sénatoriales prévues le mois de décembre, Djamel Ould Abbès s’est fondu d’une déclaration des plus énigmatiques. « J’ai eu l’honneur d’avoir servi le président Bouteflika pendant 13 ans dans différents postes de responsabilité. Je lui souhaite une longue vie ».

Advertisement

On serait tenté de proposer des interprétations, d’autant plus que l’énoncé n’a d’autre signification que le départ d’Ould Abbès ou l’abandon du cinquième mandat par Bouteflika. On ne peut, malheureusement, s’aventurer dans de telles lectures tant le SG du FLN s’est, à maintes reprises, illustré, par des déclarations fantaisistes qui lui ont d’ailleurs valu des mises en garde de la part de ceux-là même qui l’ont désigné.

Ould Abbès est incontestablement le personnage le plus bavard d’un cercle opaque, restreint et fermé. Un personnage qui s’est distingué par sa capacité à se discréditer. L’on est d’ailleurs en droit de se poser la question de savoir s’il fait partie du cercle de décision. Ou tout du moins s’il est au fait de ce qui se décide en plus haut lieu.