Les élèves de 3200 établissements scolaires à travers le territoire national grelottent, notamment dans les régions les plus isolées, où le chauffage est inexistant.

En ces jours d’hiver glacial, la Ligue algérienne de défense de droits de l’homme (LADDH) a publié un communiqué dans lequel elle fait le point sur la question du chauffage dans les établissements scolaires. Selon ses estimations, 3200 écoles ne disposent pas de chauffages, alors qu’ailleurs ou les appareils sont disponibles, ces derniers ne sont pas opérationnels.   

Signé par Houari Kedour, ledit communiqué indique que le problème persistant du chauffage est dû à un total désengagement des APC, des intendants et des directeurs d’établissements scolaires.

À en croire le communiqué de la LADDH, l’inexistence d’appareils de chauffage n’est pas le seul problème auquel font face les élèves notamment dans les régions où l’hiver est le plus rude, car plusieurs autres problèmes tels que l’étanchéité des édifices, les vitres cassées, le manque de carburant pour les chauffages (quand ces derniers existent), leur vétusté et le manque d’entretien font défaut. Tous ces manquements font du quotidien des élèves un calvaire.     Et c’est dans ce contexte que la LADDH interpelle les pouvoirs publics afin de régler définitivement ce problème, tout en s’interrogeant sur le sort des 8000 milliards de centimes alloués par l’État et entièrement dédié au chauffage des écoles ces dix dernières années, et ce, sans oublier les budgets alloués aux collectivités locales à cet effet.