L’onde de choc provoquée par les propos tenus par l’ancien chef du gouvernement et actuel président de Talaie El Houriat, M. Ali Benflis à propos de la loi sur les hydrocarbures que le président Bouteflika a tenté d’imposer en 2003 commence à se faire ressentir. Dans un entretien diffusé par El Bilad, M. Benflis avait expliqué que le président Bouteflika avait tenté de faire passer une loi permettant l’approvisionnement de pays étrangers en hydrocarbures gratuitement. Se basant sur ce témoignage, le sénateur Mahmoud Kissari a adressé une requête au Premier ministre Noureddine Bedoui, réclamant des explications.

De passage sur l’un des plateaux de la chaine de télévision El Bilad, Ali Benflis a été interrogé à propos de cette histoire de gaz naturel offert gracieusement à la France.

En guise de réponse, M. Benflis a fait savoir qu’à l’époque, la question de la loi sur les hydrocarbures était la principale raison de son profond différend avec Abdelaziz Bouteflika. « À l’époque c’est-à-dire en 2003, le principal différend entre moi et le président était la loi sur les hydrocarbures », a indiqué M. Benflis, qui a souligné qu’il avait dit au président Bouteflika « Mon père et mon frère son mort en martyrs pour que les richesses souterraines de l’Algérie profitent aux Algériens. Si vous voulez donner ces richesses à des étrangers, faites le tout seul, car moi je m’y oppose ».

Les propos d’Ali Benflis ont suscité de profondes interrogations. Le sénateur Mahmoud Kissari a pris l’initiative d’adresser une requête au Premier ministre Noureddine Bedoui afin que des explications soient fournies. Le parlementaire réclame également une réponse claire accompagnée de preuves tangibles.