Aujourd’hui, l’ancien capitaine des Lions Indomptables s’est penché sur la qualité de jeu des Fennecs, assez décevants depuis le début de la compétition. «Mon sentiment, avant le début de la CAN, sur les Fennecs se confirme. Je n’ai pas été satisfait par leur jeu. On s’attendait quand même à voir autre chose de leur part qu’une victoire poussive, voire chanceuse contre le Mali (Ndlr: 1-0). Cette équipe ne m’a pas impressionné une seule fois sur une phase de jeu claire et précise.
Selon moi, les Algériens se sont vite enflammés après le tirage de la Coupe du monde. Ils se voyaient déjà passer le 1er tour… Ils se sont focalisés sur leurs adversaires alors qu’ils auraient d’abord dû se concentrer sur eux-mêmes. Pour l’instant, l’Algérie ne nous a pas montré grand-chose. Et elle n’a pas un passé récent qui nous permette de penser autrement.
J’ai envie de reprendre l’exemple du Malawi. Quand on voit que la plus petite équipe du groupe A était à un coup de tête de la qualification, je me dis que les Fennecs peuvent réaliser une ou deux prestations suffisantes pour sortir de leur poule de Coupe du Monde (Etats-Unis, Angleterre, Slovénie). Je n’arrive pas à croire que l’on puisse éliminer l’Egypte sans argument. L’Algérie est peut-être en train de cacher son jeu. Je l’espère…
J’attends d’eux qu’ils montent en puissance. Ils vont quand même représenter une des six nations africaines. C’est important pour tout le monde, pour le continent qu’ils aillent loin. Les Algériens sont qualifiés pour les quarts de finale de la CAN. Il faut maintenant espérer qu’ils fassent quelque chose de bien face à la Côte d’Ivoire.»

RMC