Le Général Nezzar n’a pas été hospitalisé au Val-de-Grâce, l’établissement militaire parisien. Mardi, le général à la retraite, et ancien ministre de la Défense nationale, a démenti cette rumeur qui a circulé ces derniers jours dans la presse nationale.

« Depuis quelques jours, des journalistes bien intentionnés me disent au Val-de-Grâce. Ils ont même découvert la pathologie qui m’aurait valu cette soudaine hospitalisation », a réagi ironiquement Khaled Nezzar dans une lettre adressée au quotidien Le Soir d’Algérie pour dénoncer ce qu’il qualifie de « fausse information ». Une lettre dans laquelle il ne manque pas d’écorner l’image d’Abdelaziz Bouteflika qui demeure, lui, toujours hospitalisé au Val-de-Grâce. « La présence du général Nezzar au Val-de-Grâce serait susceptible de banaliser d’autres hospitalisations », a-t-il affirmé sur un ton amusé. De l’humour, le général Nezzar en cultive toujours et en profite pour passer des messages politiques dans cette lettre. Des messages adressés à Abdelaziz Bouteflika, avec lequel il n’a jamais entretenu une relation affectueuse surtout lorsqu’on sait que l’actuel chef de l’Etat a tout fait pour écarter les puissants généreux de l’Etat-Major de l’Armée à l’image de Nezzar et Mohamed Lamari. « Quant à la réconciliation, je souhaite qu’un sujet aussi important ne fasse pas l’objet de dérision. La réconciliation – la vraie – nous l’avons mise en œuvre, nous militaires, pour le plus grand bénéfice de l’Algérie avant quiconque », a conclu ainsi le général Nezzar dans cette lettre pour signifier, implicitement, que le mérite ne revient pas à Bouteflika si la paix a été instaurée en Algérie.