Les autorités compétentes ont-elles pris toutes les dispositions nécessaires, notamment concernant les aspects liés à la santé, en faisant transporter un peu plus d’un millier de supporters à Ouagadougou,  au Burkina Faso le 12 octobre dernier ?

Ce déplacement à l’occasion du match Burkina Faso – Algérie pour le compte du match «aller» des barrages pour le mondial a eu des lourdes conséquences sur la santé des supporters. Plusieurs cas de personnes atteintes de paludisme (Malaria) ont été recensés parmi les fans des Verts qui ont fait le voyage. Le pire c’est qu’il y a eu même des décès. Selon le quotidien arabophone El Khabar, un journaliste reporter d'images de la télévision nationale est décédé il y a deux jours à l’hôpital Mustapha Bacha, après avoir été admis quelques jours auparavant. Selon des informations, six supporters de l’Equipe Nationale sont en soins intensifs dans des hôpitaux. L’un d’entre eux est de Blida. Plusieurs qui laissent penser  que les mesures de précaution pris par le Touring Club organisateur du voyage ne comprenaient mais la prévention sanitaire.

Advertisement

Le premier responsable de cette dernière structure touristique a expliqué cette contamination par le fait que les supporters n’ont pas respecté les consignes médicales qui leur ont été données, notamment sur la nécessité de faire un  vaccin et de prendre de suivre un traitement. Il faut rappeler que tous  les voyageurs qui se rendent dans certains pays africains, notamment au Burkina Faso, sont dans l’obligation de se vacciner contre la fièvre jeune (dix jours environ avant le voyage) et de prendre des comprimés, le Lariam dans ce cas précis, contre le paludisme. Des comprimés à entamer une semaine avant le voyage. Or plusieurs supporters, en dépit des mises en garde, ne prennent pas au sérieux ces consignes. Néanmoins, les services sécuritaires au niveau des aéroports ont pour consigne normalement de demander le livret de vaccination international. Ce qui apparemment ne se fait pas automatiquement. L’Etat devrait revoir cette politique qui consiste à envoyer, à coup de subventions, vers des pays africains, des milliers de supporters. D’autant plus qu’il y a finalement d’énormes carences en matière de prévention contre des maladies plus en moins dangereuses.

Elyas Nour