La valeur du dinar algérien continue de baisser par rapport à l’euro. La Banque d’Algérie a publié hier dimanche les cotations hebdomadaires des devises à partir du 24 janvier. Le dollar est cédé contre 105,60 DA à l’achat et 112,05 DA à la vente, alors que l’euro est coté à 115,54 DA à l’achat et 122,62 DA à la  vente.

Si le dollar américain a connu une baisse par rapport à la semaine passée (105,99 DA à l’achat et à 112,46 DA à la vente entre le 17 et le 23 janvier), l’euro, quand à lui, continue de grimper (114,62 DA à l’achat et de 121,66 DA à la vente).

Même si globalement il est difficile d’établir une quelconque corrélation entre le marché officiel et parallèle -même lorsque l’euro est stable au niveau de la banque d’Algérie ou connaît même une baisse, il est vendu à la même valeur au marché parallèle- puisque c’est d’autres facteurs qui fixent la valeur. Il n’en demeure pas moins que lorsqu’il y a baisse à la Banque d’Algérie, il y a des incidences directes sur sa valeur au marché parallèle.

Au square Port Saïd, plaque tournante du marché officieux de la devise en Algérie, un euro frôle les 200 DA. Si le rythme actuel est maintenu, dans peu de temps, la valeur de l’euro sera le double de celle fixée par la Banque d’Algérie.

Le problème est que les Algériens sont obligés de s’approvisionner en devise au marché parallèle puisque l’Etat ne leur octroie que la modique somme de 120 euros par an comme allocation touristique.

Notons enfin qu’il y a un an, la valeur du dollar était fixée par la BA à 90,83 DA à l’achat et à 96,38 DA à la vente, alors que celle de l’euro était de 103,21 DA à l’achat et de 109,54 DA à la vente. C’est dire qu’en à peine une année, la chute de notre monnaie nationale est considérable, voire vertigineuse.

Elyas Nour

Notez cet article